Agression d’un prof juif à Marseille: «Ce n’est même plus de l’antisémitisme, c’est du terrorisme», estime la victime

INFO «20 MINUTES» Benjamin Amsellem se confie à «20 Minutes» à la veille du procès de son agresseur, un adolescent se revendiquant de l'Etat islamique, et jugé ce mercredi, qui avait tenté de le tuer...

Mathilde Ceilles

— 

Benjamin Amsellem (à droite)

Benjamin Amsellem (à droite) — Boris Horvat / AFP

En janvier 2016, Benjamin Amsellem, alors enseignant dans une école confessionnelle juive à Marseille, avait été la victime d’une attaque à la machette par un lycéen radicalisé alors que le professeur portait une kippa. Ce mercredi s’ouvre à Paris et à huis clos ce qui constitue le premier procès d’une attaque à caractère djihadiste commise ces dernières années sur le sol français. Rencontre avec celui dont l’agression avait suscité une vive émotion.

>> A lire aussi : Agression d'un professeur juif à Marseille, enquête ouverte pour «tentative d'assassinat» et «apologie du terrorisme»

Comment vous sentez-vous à la veille du procès ?

C’est assez angoissant de devoir revoir mon agresseur, même si c’est une étape nécessaire pour passer à autre chose. Ça me replonge dans ce moment que j’essaie d’oublier.

>> A lire aussi : L'agresseur du professeur juif dit avoir «honte de ne pas l'avoir tué»

Pourquoi avoir déménagé en région parisienne ?

J’avais besoin de me reconstruire, de m’éloigner, de changer un peu tout. Un suivi psychologique est aussi en cours pour oublier ces moments douloureux. Ça me fait du bien, ça me permet de comprendre mes angoisses, car on ne comprend pas toujours ce qui nous arrive. Mon suivi psychologique me permet d’être moins anxieux. Si je parle à la presse, c’est pour dire aux gens que ça existe, que ça arrive et qu’il faut faire attention. Il faut se préserver.

Vous sentiez-vous en danger avant d’être agressé ?

Non, pas du tout. J’ai beaucoup plus peur aujourd’hui qu’avant. Je n’en étais pas du tout conscient de ça, ma famille me disait : « Fais attention ! ». Maintenant, si je sors dans un endroit où je ne me sens pas en sécurité, je préfère porter la casquette au lieu de la kippa. A Marseille, il m’était arrivé de me faire insulter par des petits jeunes à la sortie de la synagogue, mais rien de plus. Là, ce n’est même plus de l’antisémitisme, c’est du terrorisme. De l’antisémitisme, il y en a déjà eu en France et il y en aura toujours. Mais, bon, on n’est pas trop mal en France. Moi, je m’y sens bien. J’espère seulement que ça n’arrivera plus.

>> A lire aussi : Les juifs incités à ne plus porter la kippa après l'agression d'un prof à Marseille

Qu’attendez-vous de ce procès ?

J’aimerais que mon agresseur ait beaucoup réfléchi et qu’il se rende compte de la gravité de la chose. Qu’il s’excuse, ce serait bien. Je souhaite qu’il ait compris. On verra ce qu’il dira devant le juge.

Êtes-vous prêt à lui pardonner ?

J’espère qu’il regrette sincèrement son geste et qu’il veut devenir quelqu’un de bien. Il est jeune. Il a la vie devant lui. Il peut encore changer de voie. S’il veut se racheter, je n’y vois pas d’inconvénient.