Rugby: Aïe aïe aïe, ça commence à sentir la fin de carrière pour Vincent Clerc

INFIRMERIE Un miracle est toujours possible mais les médecins du sport ne sont pas très rassurants...

Jean Saint-Marc

— 

La poisse, tout simplement

La poisse, tout simplement — Photo F. Pennant / AFP (montage : J.S.-M.)

Trois matchs, deux titularisations, zéro essai… Et 173 petites minutes passées sur le terrain : ce sera sans doute ça, la saison 2016-2017 de Vincent Clerc au RC Toulon. L’ailier international s’est gravement blessé ce dimanche sur la pelouse de Clermont : rupture totale du tendon d’Achille gauche.

>> A lire aussi : Rugby: «Chez eux le gros mot suprême c'est «prout»», quand Boudjellal allume Clermont

« Un retour au très haut niveau me paraît difficile »

Le club affirme, ce mardi, que l’international sera indisponible pour « quatre à cinq mois » : de quoi imaginer un retour pour les phases finales du Top 14 (barrages le week-end du 20 mai, finale le 4 juin) ? Les spécialistes ne sont pas aussi rassurants.

« A 35 ans, un retour au très haut niveau me paraît difficile, lâche Didier Fareau, médecin du sport à Marseille. La cicatrisation est moins bonne, il y a une vraie fragilité, d’autant qu’il a déjà été opéré du tendon d’Achille droit. » Pour lui, c’est clair : ça sent la fin de carrière, surtout que le contrat du joueur se termine en juin.

« La récupération peut-être longue, mais normalement, si l’opération s’est bien passée, il n’y a pas de séquelles » : Marie-Aude Munoz, chirurgienne du pied et de la cheville à la clinique Saint-Roch (Montpellier) est plus optimiste. Mais pas étonnée du tout : « Quand un patient de moins de 50 ans se rompt le tendon d’Achille, on lui dit toujours qu’il y a un vrai risque de rupture de l’autre côté… Parce que ça veut dire qu’il y a une faille dans les tendons. »

Déjà « un gros mois » avec les béquilles

Vincent Clerc a été opéré lundi après-midi, à Marseille. Et depuis - on peut le comprendre - il déprime sévère. Guy Novès, son beau-père (et accessoirement le sélectionneur de l’équipe de France) l’a reconnu sur RMC : « Il revient une première fois, il se re-pète. C’est vrai que c’est très compliqué. »

La galère recommence, donc, pour l’ailier qui après 15 ans à Toulouse aura surtout connu l’infirmerie du RC Toulon : « C’est une ré-éducation longue, surtout pour un ailier, un poste où il faut une grosse explosivité, précise le médecin du sport marseillais Mathieu Dumont. Tout dépend de la technique utilisée par le chirurgien mais il faut déjà compter, en général, un gros mois d’immobilisation plus ou moins stricte avec les béquilles… »

Vincent Clerc évoque « un dernier défi » 

Vincent Clerc devra ensuite s’atteler à un gros programme de récupération, un vrai contre-la-montre, pour espérer revenir à temps. « Est-ce qu’il a envie de se re-challenger ? » s’interroge Mathieu Dumont. Apparemment oui : le joueur, sur les réseaux sociaux, dit qu'il va tenter de « relever ce défi, sûrement le dernier et le plus dur » avec une « une motivation énorme ».