Marseille: Ils veulent légaliser le cannabis pour sauver la ville

CANNABIS Des députés, des médecins, des avocats ou encore des magistrats signent une tribune ce dimanche... 

Clément Carpentier

— 

Illustration de résine de cannabis.

Illustration de résine de cannabis. — Jon Santa Cruz / Rex Fe/REX/SIPA

C’est un vieux serpent de mer : 150 personnalités marseillaises remettent le couvert sur la légalisation du cannabis. Elles signent une tribune à ce sujet dans Le Journal du Dimanche. En 2016, les règlements de compte liés au narcobanditisme dans les Bouches-du-Rhône ont fait 27 morts par balle, contre 19 morts en 2015.

>> A lire aussi : Marseille: 34 tués par balles lors de règlements de compte en 2016 ? «C'est inexact» répond le préfet de police

Que veulent les signataires ?

Les signataires réclament l’instauration d’une « législation contrôlée » pour mettre fin à la « prohibition du cannabis » qui est un véritable « échec » selon eux à Marseille. Et ils lancent un « appel à la France pour que dans cette période électorale qui arrive, le débat sur la légalisation du cannabis soit ouvert. »

Ils affirment que cette prohibition « est directement responsable, chez nous [Marseille], de réseaux, de trafics très organisés, qui brassent des sommes considérables et gangrènent de nombreux quartiers. » Pour eux, si une telle loi est votée, cela signifierait « la fin des réseaux mafieux qui tuent » et la mise en place d’une « taxation légitime sur la vente qui ferait rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat ».

>> A lire aussi : Médical ou récréatif, le cannabis légal fait planer l'Amérique avec ses milliards

Qui sont-ils ?

Tout d’abord, ils sont tous Marseillais. En première ligne, on retrouve deux députés socialistes : Patrick Mennucci et Marie-Arlette Carlotti. Le député PS est un habitué du sujet, il relance très fréquemment le débat dans les médias.

Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille
Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille - LILIAN AUFFRET/SIPA

Parmi ces 150 personnalités marseillaises, beaucoup sont issues de la société civile. Il y a des avocats, des magistrats ou encore des médecins. Mais, on retrouve aussi des étudiants, commerçants, journalistes, chercheurs, professeurs, bénévoles d’associations de préventions du cannabis, etc. Après cet appel, des élus de la mairie de Marseille ont réagi sur les réseaux sociaux.

Est-ce possible ?

Oui mais ça s’annonce très compliqué. Premièrement car il est impossible de le légiférer au niveau local sur un tel sujet. Il faut donc passer par une loi votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat. Aujourd’hui, c’est loin d’être à l’ordre du jour même si le débat pourrait reprendre en vue de l’élection présidentielle.

>> A lire aussi : Légaliser pour soigner le budget, une étude relance le débat sur le cannabis

À Marseille, certains n’hésitent pas à dire que cela ne servirait pas à grande chose. « Dans les cités marseillaises, la teneur en THC (la molécule du cannabis) est beaucoup plus forte que dans les pays où le cannabis a été légalisé » selon une source proche des autorités. Par conséquent, les gens continueraient pour eux « à aller en acheter pour avoir le cannabis le plus fort possible ».

Qu’en pensent les Marseillais ?

« Ce n’est pas nouveau ! », la réponse de Brigitte ne peut pas être plus lapidaire. Cette Marseillaise semble un peu désabusée quand on lui parle du juste : « Cela ne servirait qu’un temps après les dealeurs se réorganiseraient autour d’autres drogues. » Nicolas est un peu du même avis car « comment contrôler un tel trafic. Ca se trouve les gens vont encore plus consommer. Et leur santé, on y pense ? »

Certains sont un peu plus positifs comme Paul : « Même si c’est difficile à mettre en place, c’est un premier pas. De toute manière, il faut bien essayer un truc sinon les règlements de compte vont continuer. »