Les nouveaux dirigeants marseillais rêvent de recruter une star
Les nouveaux dirigeants marseillais rêvent de recruter une star - Photos SIPA et AFP / Montage J.S.-M.

On s’est amusé à compter. En seulement 72 heures de ce mercato d’hiver, une douzaine de recrues/pistes potentielles ont été évoquées à l’OM. Dans le lot, plusieurs stars ou au moins des internationaux : Payet, Casillas, Schneiderlin, Amavi ou encore Obi Mikel seraient (ou auraient été) sur les tablettes de Zubizaretta, Garcia et Eyraud.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Mercato: Draxler est officiellement parisien...La Juve tient le remplaçant de Pogba... Toutes les infos transferts en live

« L’OM veut une star, c’est à peu près certain, lance l’agent Stéphane Canard. Vouloir c’est bien, pouvoir c’est autre chose ! » Le principal souci, c’est que l’OM n’est pas européen cette saison, et pas assuré du tout de l’être l’an prochain : « Pour moi aujourd’hui l’OM n’est pas un club qui se bat pour la Ligue des champions… Nice, Monaco et PSG sont trop loin devant », lâche celui qui s’occupe notamment des intérêts d’Aymen Abdennour ou du coach toulousain Pascal Dupraz.

Pour faire venir une star… Il faut des grands noms dans son vestiaire

C’est un peu le serpent qui se mord la queue : les « top joueurs » n’aiment pas être trop seuls dans une équipe. « Pour moi, l’absence de star internationale aujourd’hui à l’OM, c’est le vrai handicap pour pêcher un très gros poisson », sourit l’économiste du sport Vincent Chaudel, du cabinet Wavestone. Les Qataris l’ont constaté quand ils ont repris le PSG : pour leur premier mercato à l’été 2011 ils ont beaucoup dépensé (près de 90 millions) et recruté en nombre (neuf arrivées)… Et aucune méga star.

« L’arrivée de joueurs comme Pastore ou Sirigu a fait de Paris une destination envisageable pour des joueurs comme Ibrahimovic ou Silva, qui eux n’ont signé qu’un an plus tard » souligne Vincent Chaudel. Et encore : ce mercato 2011 était un marché d’été, plus long et forcément plus ouvert que la fenêtre hivernale.

>> A lire aussi : OM: Frank McCourt prévient, c'est «plus difficile» de recruter des cracks au mercato d'hiver (merci de l'info)

Le Vélodrome et son public, principal argument pour l’OM

Allez, rassurons-nous, il y a quand même des motifs d’espoirs. Pour Vincent Chaudel, « le principal point fort de l’OM, c’est son stade et son public. Un top joueur a au maximum cinq ans pour prendre du plaisir… Et jouer dans un grand stade c’est un vrai argument ! » C’est déjà ce que nous disait en décembre l’agent phocéen Yvan Le Mée : « Marseille restera toujours Marseille et l’OM n’a jamais eu de mal à attirer des joueurs ! »

Le bon plan : les gardiens !

Ajoutez à cela un actionnaire ambitieux, un coach reconnu à l’étranger et un directeur sportif venu du Barça… « Je pense que l’OM a des coups à faire dès cet hiver », nous assure l’économiste Vincent Chaudel. Qui nous donne son tuyau perso : les gardiens. On le sait, c’est un marché à part, et les goals ont parfois du mal à quitter leur club (n’est ce pas messieurs Costil et Ruffier ?).

« La rumeur Casillas, je dis pourquoi pas. Et puis des gardiens internationaux qui ne jouent pas beaucoup, ça existe ! » L’Argentin Sergio Romero à Manchester United, le Colombien David Ospina à Arsenal ou même (ne soyons pas fermés) les parisiens Salvatore Sirigu (prêté à Séville) ou Kévin Trapp. Et si c’était un de ceux-là, le grand nom qui fera venir les autres à Marseille ?

Mots-clés :