Le tribunal d'aix en provence
Le tribunal d'aix en provence - P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Sa famille est considérée comme l’une de celles au cœur des luttes sanglantes pour la drogue à Marseille, mais c’est, selon l’accusation, une banale histoire de vengeance qui vaut à Eddy Tir de comparaître vendredi devant les assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre d’un adolescent abattu en 2011.

Condamné à 32 reprises entre 2004 et 2010 pour de petits délits, Eddy Tir, 25 ans, est accusé d’avoir mitraillé Kamel El Mehli, 17 ans, le 22 décembre 2011, au pied d’un immeuble de La Castellane (16e). A ses côtés, comparaît aussi Seyni Demba, 23 ans. Les deux hommes se renvoient la responsabilité du crime.

>> A lire aussi : Marseille: Après les tirs, La Castellane va s'ouvrir en deux

« Le coupable idéal »

Selon Seyni Demba, après avoir passé la soirée dans des bars, la victime et deux amis avaient été reconduits chez eux par les deux accusés. Au moment où Kamel était descendu de la voiture, Eddy l’aurait alors rattrapé devant l’entrée de son immeuble. Aux enquêteurs, Seyni a affirmé avoir ensuite entendu une rafale d’arme automatique avant de voir revenir Eddy Tir, armé d’une kalachnikov.

Cette version des faits est remise en question par Eddy Tir, qui affirme ne pas être rentré du bar dans la voiture de Seyni Demba, mais plus tard, en taxi. « Il est le coupable idéal du fait de son nom de famille, mais tout est basé sur des rumeurs », plaide son avocat, Bernard Hini.

Caïd offensé

Décrit par les enquêteurs comme « oisif », Eddy Tir aurait cependant revendiqué le meurtre sur Facebook en novembre 2012, alors même qu’il était déjà en détention provisoire dans ce dossier, piégé par la soeur de la victime. Ce jeune homme corpulent, surnommé « gros cul », y aurait reconnu être « celui qui a tué le jeune de La Castellane ». Il avait ensuite évoqué un piratage de son compte Facebook.

« Il se conduit comme un caïd de cité, se vante, mais ce sont des fanfaronnades », assure aussi son avocat, qui évoque une enfance « dans un milieu sinistre ». Un différend opposait bien Kamel El Mehli aussi bien à Eddy Tir qu’à Seyni Demba.

Décrit par l’accusation comme un « caïd offensé », Eddy avait été blessé à une cuisse d’un coup de couteau, trois mois plus tôt, par l’adolescent. Seyni Demba, qui connaissait Kamel depuis des années, s’était quant à lui battu avec ce dernier deux jours plus tôt, et avait eu l’arcade sourcilière entaillée au cutter.

>> A lire aussi : Règlement de comptes à Marseille: «Un Everest de folie meurtrière», estime le procureur

Une famille décimée

Dans les heures précédant le meurtre de Kamel, les deux amis d’enfance s’étaient réconciliés dans un bar, en compagnie d’Eddy Tir. Pour ce dernier, il s’agissait d’un piège qui a ensuite permis à Seyni Demba de se venger avec un fusil-mitrailleur qu’il lui avait lui-même prêté pour « tirer dans les jambes » de la victime.

La famille Tir est considérée comme l’un des principaux clans impliqués dans la lutte pour le trafic de drogue à Marseille. Plusieurs de ses membres ont été tués au cours des dernières années, dont le grand-père d’Eddy, Saïd, 60 ans, considéré comme le patron du trafic de cannabis d’une cité des quartiers nord, abattu en 2011, le beau-frère de Saïd Tir, Akim Grabsi, ou deux oncles d’Eddy, Farid et Karim.

Mots-clés :