Un immense océan pourrait recouvrir la surface de Proxima b

EXOPLANÈTE C’est l’une des hypothèses établies par des chercheurs, qui concluent par ailleurs que la petite planète serait potentiellement habitable…

20 Minutes avec AFP

— 

Vue d'artiste de la surface de l'exoplanète Proxima B

Vue d'artiste de la surface de l'exoplanète Proxima B — ESO/AP/SIPA

Un océan pourrait recouvrir la surface de Proxima b, la planète tapie près de chez nous et dont l’annonce de la découverte avait fait grand bruit en août dernier, ont annoncé jeudi des chercheurs du CNRS et de l' Université d’Aix/Marseille.

La petite Proxima b a été débusquée en orbite autour de l’étoile la plus proche du système solaire, Proxima du Centaure, éloignée de « seulement » 4,2 années-lumière.

Selon les simulations effectuées par ces chercheurs, deux scénarios se détachent pour que Proxima b soit potentiellement habitable.

>> A lire aussi : Combien de temps durerait un voyage vers la planète Proxima b?

Scénario 1 : Proxima b ressemblerait un peu à Mercure

Si elle est petite - les chercheurs ont évalué que son rayon minimum approcherait les 5.990 km - alors elle est très dense.

Son noyau serait métallique et très gros. Il formerait à lui seul les deux tiers de la planète. Le reste serait composé d’un manteau rocheux et pourquoi pas d’un peu d’eau.

« Ce premier cas n’exclut cependant pas la présence d’eau à la surface de la planète, comme sur Terre où la masse d’eau ne dépasse pas 0,05 % de la masse de la planète », précise un communiqué commun du CNRS et de l’Université d’Aix-Marseille.

Proxima b ressemblerait alors un peu à Mercure, la planète de notre système solaire la plus proche de notre soleil.

>> A lire aussi : Pourquoi on n’ira pas vivre tout de suite sur Proxima B

Scénario 2 : Proxima b serait plus grande

L’autre scénario possible serait que Proxima b soit plus grande. D’un rayon maximal de 8.920 km, elle serait alors composée à 50 % de roches entourées de 50 % d’eau.

Toute cette eau formerait un immense océan, profond de 200 km, qui recouvrirait toute la surface de la planète.

« Dans ces deux cas extrêmes, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober la planète, comme sur Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable », précise le communiqué.