Marseille: La Sardine du port, un Gorafi marseillais sans arêtes

MEDIAS Un nouveau site parodique est en ligne depuis juillet dernier...

M.P.

— 

La Une de la Sardine du port

La Une de la Sardine du port — M.P

Un groupe de supporters russes pour assurer la sécurité du Vélodrome, un parc d’attractions Pokémon à Marseille, un centre de thalassothérapie dans les calanques ou encore des boues rouges contre les maladies de peau… Vous avez raté ces infos essentielles de la semaine dernière ? C’est normal, elles sont fausses.

Elles sont extraites du site « satirique et parodique » La Sardine du port, qui a toutes les apparences d’un média en ligne (rubriques, articles, photos…) mais qui n’en est pas un. Tout est faux, y compris le nom de son fondateur, Gérard Junior Manvusa, arrière-petit-fils d’un célèbre journaliste ayant travaillé pour Le Petit Marseillais Provençal.

Caricatures et pastiches

Derrière cet avatar se cache un ancien (et vrai) journaliste âgé d’une trentaine d’années féru d’Internet. C’est en participant à un Mooc, une formation en ligne, sur le thème des réseaux sociaux qu’il a eu l’idée de ce nouveau média. « Le but, c’était de me perfectionner avec un cas pratique et puis finalement, je me suis dit que j’allais construire un vrai site », explique-t-il. Deux semaines plus tard, La Sardine était née.

Comme les rédacteurs du Gorafi ou du site américain The Onion, il puise son inspiration dans la « vraie » presse, se basant sur des faits réels comme le burkini, la chasse aux Pokémon ou le clash entre Ségolène Royal et Manuel Valls sur les boues rouges. « Certains articles sont dans la caricature, d’autres dans le pastiche », précise-t-il. Et pourtant, certains lecteurs tombent encore dans le panneau.

Le bon timing

Quand ce ne sont pas les professionnels eux-mêmes comme cette journaliste d’une grande chaîne de télé qui cherchait les coordonnées d’un restaurant Pokestop à la Valentine. « Sur Internet, beaucoup de gens prennent tout pour argent comptant. La plupart du temps, ils s’arrêtent au titre-photo sans même lire l’article », se désole Gérard Manvusa.

Depuis son lancement, le 20 juillet, La Sardine du port a attiré plus de 120.000 visiteurs et rassemble désormais une communauté d’un millier de fans sur Facebook. « Je l’ai sorti juste après l’attentat (de Nice) et visiblement, c’était le bon moment. Beaucoup de gens écrivaient dans leurs commentaires que cela leur faisait du bien de rire un peu ».

Mots-clés :