Marseille: Soupçonné d'avoir inventé son agression, l'enseignant juif comparaît devant le tribunal

JUSTICE Tsion Saadoun avait assuré avoir été agressé en février dans les quartiers nord...

M.P.

— 

Illustration: Justice, loi.

Illustration: Justice, loi. — Patrick Semansky/AP/SIPA

Tsion Sylvain Saadoun, 57 ans, professeur d’histoire au lycée Yavné, un établissement juif d’enseignement dans le 13e arrondissement, devrait comparaître ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Marseille pour dénonciation mensongère.

Âgé de 57 ans, ce professeur avait déclaré avoir été victime d’une agression à caractère antisémite le 18 novembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris. Portant sa kippa sur la tête, il aurait été agressé par trois individus qui lui auraient lancé des insultes antisémites avant de le frapper.

Ses assaillants auraient tailladé ses avant-bras avec un couteau. L’un d’eux lui aurait également montré son tee-shirt portant une inscription de Daesh avant de sortir son téléphone portable et de montrer une photo de Mohamed Merah.

A lire : «Ils ont sorti un couteau et l’ont tailladé partout»

Une automutilation ?

Cette agression avait provoqué de nombreuses réactions dans la classe politique marseillaise, à droite comme à gauche. Le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, avait rassemblé les dignitaires religieux, rassemblés au sein de l’association Marseille Espérance, pour lancer un « appel à la tolérance ».

Mais quelques semaines après son agression, Tsion Saadoun était entendu par les policiers puis placé en garde à vue. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir inventé son agression. Il s’agirait, selon les experts qui ont examiné ses blessures, d’une automutilation.

L’enseignant a été mis en examen pour dénonciation mensongère. Son procès, qui devait se dérouler le 13 avril a été renvoyé au 12 mai. Il risque six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende.