Marseille: «L'Etat doit légaliser le cannabis», estime Patrick Mennucci

POLITIQUE Les réactions des politiques s’enchaînent après le triple meurtre à Bassens...

A.R.

— 

Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille

Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille — LILIAN AUFFRET/SIPA

Après le triple meurtre par balles à la cité Bassens (15e), probablement un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue, les réactions des politiques se succèdent dimanche.

Le dossier de la légalisation du cannabis

Le député socialiste Patrick Mennucci a souhaité rouvrir le dossier de la légalisation du cannabis.

« Je considère que l’Etat doit légaliser le cannabis, créer une filière et un monopole d’Etat et en assurer la distribution, a écrit le député dans un communiqué. Il s’agit de la seule solution pour priver ses réseaux de cette attractivité et de ces moyens financiers considérables. »

« J’ai demandé au président de l’Assemblée nationale de créer un groupe de travail sur la légalisation du cannabis, regroupant l’ensemble des groupes politiques », poursuit-il.

En octobre 2015, les socialistes avaient déjà réclamé l’ouverture d’un débat sur la légalisation du cannabis pour arrêter les trafics, après la fusillade dans la cité des Lauriers (13e) qui avait coûté la vie à trois jeunes hommes, dont deux mineurs.

>> A lire aussi : Les socialistes demandent l'ouverture d'un débat sur la légalisation du cannabis

« Règlements de comptes liés au trafic de stupéfiants »

« Nous sommes en présence de règlements de comptes liés au trafic de stupéfiants, des trafiquants qui se tuent entre eux », a de son côté déclaré sur France Bleu Provence, Yves Moraine. Le président du groupe de la majorité LR au conseil municipal a parlé de « cités qui sont gangrenées par le trafic de stupéfiants qui dégage énormément d’argent ».

Samia Ghali (PS), la médiatique maire du 8e secteur, a, elle, réagi sur France Info.

>> A lire aussi : Le préfet de police dément l'existence de camps d'entraînements de tirs

« Tous les moyens, sans exception, sont bons à prendre pour désarmer ces cités, estime la sénatrice des Bouches-du-Rhône. Cette jeunesse n’a pas peur de la police. On est en état d’urgence et pour autant des jeunes peuvent se balader dans les cités de Marseille avec des armes pour aller commettre des meurtres. C’est insupportable et inacceptable. »

[STOP] Dans la nuit, la violence et la mort ont encore touché nos quartiers. Des familles choquées, endeuillées aucun...

Posté par Samia Ghali sur dimanche 3 avril 2016

 

Mots-clés :