Marseille: Ségolène Royal charge une nouvelle fois l'usine Alteo

ENVIRONNEMENT La ministre de l'environnement critique la direction de l'usine après la fuite d'une canalisation...

M.P. avec AFP

— 

La ministre française de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie Ségolène Royal.

La ministre française de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie Ségolène Royal. — KENZO TRIBOUILLARD AFP

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déploré mercredi la « vétusté » de l’usine Alteo de Gardanne, responsable du rejet d’effluents liquides dans les calanques. Le 9 mars, une fuite sur une canalisation avait entraîné la formation d’un nuage contenant de la soude qui s’était répandu au-dessus de la ville. Des dépôts ont été constatés sur les sols et les véhicules.

« Cette fuite confirme la vétusté d’une partie des installations de traitement et appelle à examiner au plus tôt les solutions envisagées pour traiter les pollutions rejetées en Méditerranée, à travers une autre canalisation, mise en service en 1966 », a dénoncé Ségolène Royal.

Une très mauvaise décision

La ministre exige qu’Alteo « remette un rapport sur les solutions de traitement actuellement étudiées afin que le comité de suivi de site puisse l’examiner d’ici fin septembre. Elle demande également que le modèle économique de l’entreprise fasse l’objet d’une expertise par les conseils généraux de l’économie et de l’environnement et du développement durable ».

Lors du renouvellement de l’autorisation de rejets en mer, elle avait critiqué la décision du préfet des Bouches-du-Rhône, évoquant « une très mauvaise décision » prise sur « ordre direct » du Premier ministre, Manuel Valls.