Vue de Gardanne.
Vue de Gardanne. - P.MAGNIEN / 20 MINUTES

De la poussière, les habitants de Gardanne ont l’habitude d’en voir dans cette ville industrielle. Mais ce jeudi, elle était « pimentée de petits cristaux » a constaté La Provence. Et pour cause : une canalisation a rompu dans la nuit de mardi à mercredi à l’usine d’alumine Alteo, dans laquelle circulait de la soude chauffée et sous pression.

« La production a été immédiatement arrêtée et la fuite maîtrisée », précise un communiqué de l’usine, pour qui il n’y a « aucun impact environnemental avéré ».

Eviter de toucher ces dépôts potentiellement irritants

Ladite canalisation devait être changée « en avril », a affirmé au quotidien régional Éric Duchenne, le directeur des opérations du groupe Alteo, qui a tenu à préciser que « la soude elle-même est restée dans le périmètre de l’usine. »

 

Reste qu’un nuage de vapeur d’eau, chargée en soude, a tout de même traversé le centre-ville de Gardanne. Dans son communiqué, Alteo reconnaît que « des embruns pouvant contenir de la soude sont sortis du périmètre du site, provoquant localement un dépôt de couleur blanche ». L’usine recommande ainsi d’éviter de toucher ces dépôts potentiellement irritants, et de rincer à l’eau en cas de contact et d’irritation.

Dans la journée de jeudi, la municipalité a fait nettoyer à grandes eaux les rues concernées et les cours d’école.

Cet incident industriel « intervient dans une séquence déjà passablement compliquée pour l’industriel », relève La Provence, qui rappelle qu’en décembre dernier Alteo a obtenu de justesse du préfet une prolongation de son autorisation d’effectuer des rejets en mer dans le parc national des Calanques.

>> A lire aussi : Quatre questions sur les rejets en mer de l'usine Altéo de Gardanne

 

Mots-clés :