Lucas Silva à Marseille le 20 janvier, lors de la réception de Montpellier en Coupe de France.
Lucas Silva à Marseille le 20 janvier, lors de la réception de Montpellier en Coupe de France. - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ambiance. Lucas Silva, prêté par le Real Madrid à l’Olympique de Marseille depuis le mercato estival, est gentiment poussé vers la sortie cet hiver. Enfin gentiment, c’était il y a encore une semaine, quand le mercato était encore ouvert.

Décevant au milieu de terrain, où l’exemplarité de Lassana Diarra le laisse dans l’ombre, le joueur était convoité par Anderlecht. Un peu retenu par Michel (c’est lui qui l’a fait venir), fortement encouragé à rejoindre la Belgique par la direction, Lucas Silva avait finalement choisi de rester.

Prié fermement de descendre

Mais Lucas Silva l’a payé dès le 2 février, date du déplacement des Olympiens à Montpellier. C’est une scène surréaliste que décrit L’Equipe. Alors que tous les joueurs grimpent à bord du bus qui les conduit à la Mosson, le Brésilien suit le mouvement et s’installe dans le véhicule. Il sera prié « assez fermement », raconte le quotidien sportif, de quitter le car par le staff, sous le regard « médusé » de ses coéquipiers.

Le milieu de terrain n’était en effet pas retenu dans le groupe pour ce match. Un coup dur pour le joueur de 22 ans, qui n’a pas été convié au classico dimanche dernier non plus.

Mots-clés :