Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille
Patrick Mennucci le 30 mars 2014 à Marseille - LILIAN AUFFRET/SIPA

L’OM pourrait reprendre la main sur les abonnements plus vite que prévu. Un amendement, déposé par le député marseillais Patrick Mennucci, a été adopté mercredi matin par la commission des lois de l’Assemblée nationale. Le texte, ajouté à la proposition de loi sur le hooliganisme, prévoit de rendre illégale la commercialisation des abonnements par les groupes de supporters.

>> A lire aussi : On a lu entre les lignes la convention signée entre le club et les supporters

« Les titres d’accès type carte annuelle d’abonnement doivent faire l’objet d’une vente nominative directe par le club et chaque carte doit être personnalisée », précise l’exposé de l’amendement. Il s’agit de sécuriser la vente des abonnements en s’assurant de l’identité des acheteurs et d’éviter les ventes par blocs qui ne permettent pas de connaître l’identité des acheteurs. Cette disposition figue dans le règlement intérieur de la ligue de football. »

Le club n’a pas besoin de l’accord des supporters

Coincidence, la direction de l’OM rencontre ce jeudi les groupes de supporters pour évoquer la signature d’une convention prévoyant la même issue. Les discussions, entamées à l’automne 2015, avaient débouché sur la signature d’un accord de principe le 6 octobre. Le document avait ensuite été contesté par le Club Central des Supporters, qui s’estimait « contraint et forcé ». Les Ultras avaient aussi manifesté leur difficulté à trouver un terrain d’entente avec le club, précisant que cet accord n’entérinait que leur volonté de débattre de la gestion des abonnements.

>> A lire aussi : « Le club peut mettre fin unilatéralement au système de gestion des abonnements »

La démarche de Patrick Mennucci pourrait accélérer le processus. « Ce sera voté jeudi prochain à l’Assemblée, puis au Sénat, et ce sera bouclé dans trois mois, a déclaré l’élu au Phocéen. Le club devrait déjà procéder comme ça, sans négocier avec qui que ce soit, et mettre lui-même les places en vente. » Comme l’expliquait Me Granturco à 20 Minutes en septembre, l’OM peut en effet décider « unilatéralement » de reprendre la main sur la vente des places. Rien ne l’oblige légalement à obtenir l’accord des groupes de supporters. Ce sera encore moins le cas si la proposition de loi sur le hooliganisme est adoptée jeudi prochain à l’Assemblée.

Mots-clés :