Un bébé nouveau-né (illustration).
Un bébé nouveau-né (illustration). - DIDIER PALLAGES / AFP

C’est une première en France. Une jeune femme de 32 ans, guérie d’un cancer, a donné naissance à une petite fille, Elise, grâce à une vitrification ovocytaire effectuée avant un traitement anticancéreux.

 

« En 2013, sa maman, atteinte d’un lymphome de Hodgkin, une forme de cancer du système lymphatique, a pu bénéficier, avant le début d’une chimiothérapie très toxique pour les ovaires, d’une stimulation ovarienne en vue d’une autoconservation ovocytaire par une technique autorisée en France depuis 2011 et appelée vitrification », souligne le Réseau Régional de Cancérologie OncoPACA-Corse.

Avec des équipes des Centres d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS), en lien avec l’ARS Paca, le réseau a créé en 2012 la plateforme pilote « Fertilité & Cancer ».

Seuls six enfants sont nés grâce à cette technique dans le monde

Les ovocytes de la jeune femme ont été congelés dans l’azote liquide. Une fois le cancer guéri, ils ont été « dégelés » et fécondés pour produire des embryons. Les embryons ont ensuite été implantés dans l’utérus de la future mère.

« La vitrification est une méthode très rapide car la congélation est quasiment instantanée, souligne Michèle Pibarot, la médecin coordinatrice de la plateforme. Lorsque vous avez un cancer, les traitements peuvent altérer la capacité à être fertile car les gamètes peuvent être abîmés ».

Dans le monde, seuls six enfants sont nés grâce à cette technique dans le contexte de la préservation de la fertilité pour cancer. « Pour les patients les plus jeunes c’est une formidable avancée, estime Michèle Pibarot. Après une guérison, ils peuvent espérer mener une vie normale, avec leur bébé. C’est aussi une manière de mieux vivre après un cancer. Le feu vert est lancé ».

Mots-clés :