Zvi Ammar (au centre).
Zvi Ammar (au centre). - AFP

Le président du Consistoire israélite de Marseille, Zvi Ammar, « incite » les juifs de la ville à « enlever la kippa dans cette période trouble, jusqu’à des jours meilleurs », au lendemain de l’agression à la machette d’un professeur juif.

>> A lire aussi : « Depuis les attentats de Toulouse en 2012, les choses se sont dégradées »

« Aujourd’hui, devant la gravité des événements (…) il faut prendre des décisions exceptionnelles, et, pour moi, la vie est plus sacrée que tout autre critère », a-t-il déclaré à l’AFP, confirmant les informations de La Provence.

Une mesure exceptionnelle

« C’est malheureux d’en arriver là en 2016 dans un grand pays démocratique comme la France, ajoute-t-il à nos confrères. Mais face à une situation exceptionnelle il faut prendre des mesures exceptionnelles (…). Ça me fait très mal d’en arriver là, mais je ne veux pas qu’on meure à Marseille parce qu’on avait une kippa sur la tête ».

Mardi, un lycéen de 15 ans a agressé un enseignant juif avec une machette. Le professeur portait une kippa. Inconnu des services de police et de renseignement, l’adolescent a expliqué avoir agi au nom de Daesh. Sa garde à vue a été prolongée de 24 heures.

>> A lire aussi : Agression d’un prof juif à Marseille : Ce que l’on sait sur l’adolescent radicalisé

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat en raison d’une appartenance religieuse » et « apologie du terrorisme ». La section antiterroriste de Paris s’est également saisie de l’enquête.

Mots-clés :