Michel à Marseille le 10 janvier 2016
Michel à Marseille le 10 janvier 2016 - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Après le match nul contre Guingamp à domicile, Michel n’a pas caché son amertume, accusant largement l’inexpérience de son effectif « sous pression ».

>> A lire aussi : Match nul au bout de l’ennui entre Marseille et Guingamp

« Ça a été pire qu’avant » selon Michel

« C’est vrai qu’il n’y a rien eu, a lâché l’entraîneur espagnol, répondant à une question sur la quasi inexistence de jeu. Même au niveau de l’attaque, ça a été pire qu’avant. Oui je suis inquiet mais pas que ce soir. On travaille constamment, on voit qu’à l’extérieur on a une bonne base mais quand on vient à la maison, voilà le résultat. Les joueurs sont très jeunes donc la pression est très grande. Il faut plus qu’être un bon joueur pour gagner ici. Il faut aussi de la personnalité. »

>> A lire aussi : Les supporters marseillais crient leur détresse après le match nul (vraiment nul)

Pas sourd aux huées des spectateurs, Michel a trouvé « normal que les supporters sifflent. Oui, j’ai entendu le nom de Bielsa, a reconnu Michel, s’il n’était pas parti, il en serait peut-être là aussi. »

« Difficile de venir au stade dans ces conditions » pour Mandanda

Le capitaine Steve Mandanda a reconnu lui aussi la faiblesse de l'OM pour cette reprise. «On n'a rien fait, c'était un match triste, a déclaré l'international dans la lignée de Michel. Le constat est vite fait, je ne sais pas quoi dire sauf que nous avons été incapables de trouver l'ouverture et de faire la différence chez nous. De plus avec les blessures on n'est pas aidé par le sort. Il faut saluer les supporters qui essaient d'être là tant bien que mal, c'est difficile de venir au stade dans ces conditions.»

Un OM Diarra-dépendant pour Gourvennec

Jocelyn Gourvennec, coach de l’En Avant de Guingamp, a lui jugé le public « difficile ». « Je vois des joueurs qui se battent », a noté l’ancien joueur de l’OM. « Ils sont très dépendants de Diarra. Je pense qu’on les a quand même bien gênés en isolant Diarra et Batshuayi qui sont les deux joueurs sur lesquels l’animation repose. Ils avaient aussi beaucoup d’absents. Ils s’en sont remis au talent de Nkoudou. Ils sont performants à l’extérieur, pour aller plus haut il faudra qu’ils marchent chez eux. » L’entraîneur a rappelé qu’un penalty n’a « pas été sifflé en première mi-temps », après un accrochage entre Isla et Briand dans la surface (13e).

Mots-clés :