Marseille: Le niveau de la mer a monté de 16 cm depuis 1885

ENVIRONNEMENT Selon le marégraphe de Marseille, le niveau de la mer a grimpé de 16 cm en 130 ans...

Mickael Penverne

— 

Marseille, le 3 décembre 2015, le marégraphe de Marseille sur la corniche

Marseille, le 3 décembre 2015, le marégraphe de Marseille sur la corniche — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

C’est un instrument méconnu et qui mesure pourtant depuis plus d’un siècle, et très précisément, la montée du niveau de la mer. Le marégraphe, situé sur la corniche, est un observatoire unique au monde. Construit en 1883, l’ensemble immobilier comprend deux bâtiments, classés monument historique depuis 2002 : une solide bâtisse en bord de mer qui abrite l’appareil et une maison d’habitation destinée à héberger le gardien des lieux – inhabité depuis une trentaine d’années.

« Quand on dit que le Mont-Blanc est à 4.807 mètres, cela veut dire qu’il est à 4 807 mètres au-dessus d’un point précis, explique Alain Coullomb, responsable de l’observatoire et auteur d’un livre sur le sujet. Ce point précis est fixé par le marégraphe de Marseille ». Construite en 1884 en Allemagne, et assemblée à Marseille un an plus tard, la machine est le dernier exemplaire de ce type en parfait état de fonctionnement. L’instrument est constitué d’un flotteur posé dans un puits d’1,90 m relié par un câble de 8 m à une horlogerie qui enregistre toutes les variations du niveau de la mer depuis 130 ans.

Seize centimètres plus haut

Le marégraphe est ainsi devenu la « mémoire » du point zéro. Grâce à ces données cumulées depuis plus d’un siècle, les scientifiques peuvent suivre précisément la montée des eaux. Le résultat est sans appel : le niveau de la Méditerranée a progressé de 16 cm à Marseille depuis 1885. « Le marégraphe nous permet de dresser une tendance à long terme, ce qui est très intéressant pour dresser des perspectives pour les années à venir », reprend Alain Coullomb. Car dans un contexte de réchauffement climatique et de fonte des calottes polaires, la montée des eaux ne va pas s’arrêter là.

Selon l’ingénieur de l’IGN, elle pourrait atteindre « très probablement plusieurs dizaines de centimètres d’ici 2100 ». Le scientifique ne veut pas se montrer plus précis. « Il faut continuer d’affiner les scénarios », plaide-t-il. A côté du système d’horlogerie du 19e siècle, l’IGN a donc installé un radar à sonde et une antenne GPS pour multiplier et recouper les mesures (et pour être certain également que c’est bien la mer qui monte et pas l’observatoire qui se tasse).

« On commence à le payer »

Toutes ces données sont intégrées au Système d’observation du niveau des eaux littorales (SONEL) qui a servi à la rédaction du rapport sur « le climat de la France au 21e siècle » de Jean Jauzel remis cette année à la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. Le document prévoit, d’ici 2100, une élévation du niveau moyen mondial de la mer comprise entre 26 et 55 cm pour le scénario le plus optimiste, et entre 45 et 82 cm pour le plus pessimiste.

A Marseille, la corniche, qui culmine à une dizaine de mètres, n’est donc pas près d’être submergée par la Méditerranée. Pourtant, selon Alain Coullomb, les effets de la montée des eaux se font déjà sentir. « J’ai été contacté il y a quelque temps par la Société des eaux de Marseille parce que dans une partie de ses vannes, l’eau de mer se mélangeait à de l’eau douce lors des phénomènes extrêmes. Cela veut dire que l’on commence déjà à payer la montée des eaux ».