Vidéo. Aix-en-Provence: Des militants d’extrême droite perturbent une conférence à Sciences-Po

POLITIQUE Une vingtaine de militants de l’Action française ont perturbé la conférence consacrée à « la montée de l’extrême droite en région Paca »...

A.R. avec AFP

— 

L'entrée de Sciences-Po d'Aix-en-Povence

L'entrée de Sciences-Po d'Aix-en-Povence — Google Street View

Une conférence sur le Front national organisée par le Parti socialiste à Sciences-Po Aix a été perturbée par une vingtaine de militants de l’Action française, un groupuscule monarchiste d’extrême droite.

 

« Dissimulés derrière des cagoules, des casquettes et des écharpes, ils ont déployé des drapeaux français et de l’Action française, et crié "Socialistes assassins" », a décrit Jean-Victor Roux, étudiant élu au conseil d’administration de l’école et présent lors de la réunion.

« Habillés tout en noir, ils sont entrés en courant, ont renversé un bureau et jeté des boules puantes », a témoigné Cyril di Meo, secrétaire de la section PS d’Aix-en-Provence. Les militants sont partis au bout de quelques minutes, bousculant une jeune femme du public, et la conférence a pu suivre son cours », a-t-il ajouté.

« Ce sont des actes d’intimidation, l’Action française se radicalise et monte en puissance ces derniers mois », ajoute-t-il, affirmant avoir déjà déploré plusieurs incidents avec ses militants dans la ville.

Une plainte de la direction de l’IEP

La direction de Sciences-Po Aix a annoncé qu’elle allait déposer plainte après cette intrusion. « Il est inacceptable que des joutes autres que verbales ne se déroulent dans l’établissement, qu’il devienne un lieu d’affrontement et d’agression », a déclaré le directeur de l’établissement, Rostane Mehdi.

« Une fois encore, l’extrême droite montre son vrai visage, celui de la haine qui affaiblit la République », a réagi dans un communiqué le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

 

Sur Facebook, l’Action Française a revendiqué cette action, destinée selon le mouvement à dénoncer le fait que le PS « agite le chiffon rouge du péril extrémiste » avant le premier tour des régionales, où le FN est en bonne position pour l’emporter en Paca selon plusieurs sondages récents.

Mots-clés :