Marseille: Un restaurant propose de... faire une sieste

INITIATIVE Des transats, des hamacs, un matelas posé au sol, chacun peut choisir sa formule à «La Siest'in»...

Amandine Rancoule

— 

On peut faire sa sieste dans un hamac.

On peut faire sa sieste dans un hamac. — ARancoule/20minutes

Manger, boire, dormir. Voila le mantra du nouveau restaurant « La Siest’in »*, au concept original. Outre la salle de restauration, des petites pièces à l’écart sont dédiées… à la sieste. « Comment ne pas y avoir pensé avant ? s’étonne Luc, un Marseillais, devant la devanture de l’établissement. Un petit somme après manger et avant de retourner travailler, il n’y a rien de mieux », sourit-il.

 

Un constat partagé par Matthieu et Arnaud, les deux associés de 28 ans. A la fin de leur stage de fin d’études à Kedge Business School, ils s’ennuyaient ferme. « On mangeait un sandwich à midi puis après pendant une heure et demie, on n’avait plus rien à faire », raconte Matthieu.

« Nous entendions beaucoup de gens dire " combien je donnerais pour faire une sieste " », poursuit Arnaud. Dans certaines boîtes, les réseaux sociaux sont même interdits car les salariés font leur pause après 14 heures en surfant sur le Net, pense le jeune entrepreneur. Nous, on propose de se reposer entre midi et deux ». Dans quelques mois, des masseurs proposeront aussi leurs services dans l’espace bibliothèque en « livre-échange », histoire « de se détendre ».

A lire aussi : Pour être moins bête, faites la sieste

« Il nous faut du repos mental »

« Il faut savoir lâcher prise, penser à autre chose qu’au travail car on ne peut pas être durant huit heures au top de nos performances, estime le neurologue Marc Rey, responsable du centre de sommeil de l’unité du service physiologique et clinique de la Timone. Aujourd’hui, on est toujours relié au travail, via nos téléphones ou nos tablettes : la journée continue au travail concerne l’immense majorité des personnes or il nous faut du repos mental ».

Et certaines entreprises l’ont bien compris, en mettant des espaces de détente à la disposition de leurs salariés. En Chine, la sieste au travail est une véritable institution, comme au Japon. Le siège de Google propose aussi à ses salariés une salle avec des sièges massant.

A lire aussi : La sieste sort le travail de sa torpeur

« Dans les entreprises de jeux vidéo par exemple, où les salariés doivent faire preuve de créativité, il y a des espaces de détente, souligne Marc Rey. L’intérêt est d’avoir un endroit dans lequel on n’est pas stimulé par le travail ». Juste dix ou vingt minutes, assez pour restaurer la capacité attentionnelle.

*Au 47, boulevard Paul Peytral (6e). Du lundi au vendredi de 11h à 18h. Tarif : 5 euros les 30 minutes de sieste. lasiestin @gmail.com

Mots-clés :