Toutes les catégories d'hôtel sont concernées. En photo, l'hôtel de luxe Pullman sur la Corniche.
Toutes les catégories d'hôtel sont concernées. En photo, l'hôtel de luxe Pullman sur la Corniche. - P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Dans les offres prochainement à saisir, une nuit d’hôtel à Marseille, à Cannes, Nice ou encore Nantes et Paris. Avec une réduction allant de 15 % à 56 %. En période de week-ends à rallonge, ces bonnes affaires sont à saisir sur le site RoomRoom.com. Lancé en version béta en février dernier, ce service créé par la société marseillaise Autrement est entré en vitesse de croisière depuis la mi-avril.

« Nous avons en moyenne entre 100 et 120 annonces », indique son fondateur Michel Athénour, qui vise à multiplier ce nombre par cinq au moins pour devenir vraiment intéressant du point de vue de l’acheteur. L’entrepreneur se donne plusieurs années pour atteindre l’équilibre financier.

Problèmes de santé, ruptures sentimentales

L’idée d’un Troc des Trains pour les réservations non remboursables d’hôtels lui est venue en donnant un cours à l’école de managment IAE d’Aix-en-Provence. « Une étudiante m’a interpellé sur l’absence de service en France pour revendre des nuits d’hôtels pré-payées, cela a fait son chemin dans ma tête ».

Il faut dire que l’homme n’est pas un bleu en la matière. Co-fondateur de Cityvox, qu’il a entre-temps vendu et a depuis été racheté par Yelp, il a ensuite créé plusieurs sites de voyage en ligne. Voguant sur la tendance de l’économie collaborative, RoomRoom.com concerne toutes les catégories d’hôtels, de l’entrée de gamme à l’offre luxe.

La plupart des établissements jouent le jeu, en acceptant que leur offre soit transférée à un tiers. « C’est aussi de leur intérêt, car les gens consomment aussi souvent des extra », souligne Michel Athénour. Dans le top 10 des raisons de revente, on trouve des problèmes de santé, des ruptures sentimentales mais aussi des erreurs dans les dates ou même les destinations : une personne a par exemple confondu le Puy-en-Velay et le Puy-du-Fou…

Mots-clés :