OM: Dimitri Payet peut partir «l'esprit libéré» en équipe de France

FOOTBALL Auteur d'un bon match contre Lens, il a échappé à la pression après une semaine compliquée...

Loic Becart

— 

Dimitri Payet à la lutte avec Adamo Coulibaly au stade de France, lors de Lens-OM le 22 mars 2015.

Dimitri Payet à la lutte avec Adamo Coulibaly au stade de France, lors de Lens-OM le 22 mars 2015. — FRANCK FIFE / AFP

Quand Dimitri Payet est en forme, l’OM l’est aussi. Et quand il est dans le dur, le jeu marseillais perd de son efficacité. Depuis la victoire contre Toulouse, le Réunionnais et l’OM ont retrouvé de la fluidité qui faisait défaut début 2015.

Contre Lens dimanche, il est directement impliqué sur deux des quatre buts marseillais. Il offre un caviar un Michy Batshuayi pour l’ouverture du score. Sur le but de Romao, c’est un homerun: Payet provoque une faute, tire le coup franc sur le poteau et derrière le Togolais envoie le ballon au fond des filets. Presqu’une autre passe décisive, lui qui en a déjà effectué onze cette saison. Jamais l’OM n’a perdu lorsqu’il a délivré ses caviars. Le retour de bonnes performances marseillaises coïncide donc avec celui de belles prestations de Dimitri Payet.

«On s’accroche, on a encore nos chances»

«On a perdu beaucoup de points ces dernières semaines mais on ne s’est jamais caché que l’objectif était d’aller chercher cette première place, affirme le milieu offensif. On s’accroche, il reste huit matchs. Rien n’est joué, on a encore nos chances.»

Face à Lens, Dimitri Payet a surtout montré qu’il avait la tête solide. Il n’a pas été épargné pendant une semaine avec la polémique autour de ses insultes après OM-OL. Il s’était contenté d’un communiqué-interview sur le site du club. Derrière, la communication et la direction du club ont pris le relais pour éviter toute pression supplémentaire sur le Réunionnais, convoqué devant la commission de discipline le 9 avril.

«Un Vélodrome en folie» contre Paris

De bonnes performances, des pensées sereines, Dimitri Payet «part en sélection l’esprit libéré», pour reprendre ses termes. Il a été appelé par Didier Deschamps pour préparer les matchs amicaux contre le Brésil et le Danemark, les 26 et 29 mars. Après, ce sera la dernière ligne droite de la Ligue 1, pour peu que la LFP décide de ne pas le sanctionner pour son coup de colère.

«On aura au retour un gros match (contre le PSG) à la maison, avec un Vélodrome en folie et surtout un gros enjeu», prévoit Dimitri Payet. Et peut-être un énième tournant du championnat.