Le Suisse Roger Federer lors de la finale du tournoi de Brisbane, le 11 janvier 2015.
Le Suisse Roger Federer lors de la finale du tournoi de Brisbane, le 11 janvier 2015. - SAEED KHAN / AFP

Le Canadien Milos Raonic (n°6 mondial) et le Suisse Stan Wawrinka (n°9) seront les têtes d'affiche de l'Open 13 de Marseille, qui a été présenté ce mardi matin et qui se déroulera du 16 au 22 février. L'organisateur de l'événement Jean-François Caujolle a réussi à faire venir plusieurs représentants du top 30 mondial, mais pour les top stars du circuit il faut vraiment casser sa tirelire. Pour composer le tableau de ce tournoi ATP 250, il préfère ainsi parier sur des valeurs montantes plus que sur un seul grand nom.

«Nadal nous a dit: «Si vous jouez sur terre battue, je viens.»»

«Federer au début, c’était 75.000 euros pour le faire venir. On a eu Rafael Nadal quelques années plus tard, c’était 300.000 euros. Plus tard, Novak Djokovic était à 400.000 euros. Aujourd’hui, on ne peut pas avoir un de ces joueurs pour moins d’un million d’euros. Mais on ne va rien lâcher, on va essayer de faire venir un joueur du top 3 dans les prochaines années. Rafael Nadal ne veut pas jouer sur surface dure. Il nous a dit: «Si vous jouez sur terre battue, je viens.» Allez expliquer ça aux autres… Roger Federer, on a été en négociation très très proche pour qu’il vienne. Ça se fera peut-être à une autre édition. Il n’a jamais oublié qu’il a eu sa première wild card ici, qu’il a battu son premier top 10…»

«Des contrats pluri-annuels pour des valeurs montantes»

«La priorité cette année, c’est de miser sur les valeurs montantes. On leur a fait signer des contrats pluri-annuels pour les revoir dans de prochaines éditions. Ce ne sont pas des grands noms, ils ne disent pas grand-chose aujourd’hui mais ils feront le top 5 des années qui viennent.»

«Ça manque de top 10 chez les Français»

«Tsonga est blessé mais ce n’est que partie remise. Le niveau reste élevé avec Jérémy Chardy, Julien Benneteau, Richard Gasquet mais ça manque de top 10. Je garde une wild-card pour Gaël Monfils: il voulait un temps de repos pour février mais il a changé sa programmation après son mauvais open d’Australie.»

Mots-clés :