RC Toulon: Coupe Davis, Natal Sharks, fédération internationale... Mourad Boudjellal flingue tout le monde

RUGBY Le président du RC Toulon n'a pas mâché ses mots en conférence de presse...

Loic Becart

— 

Mourad Boudjellal, le président de Toulon, le 14 décembre 2013, au stade Mayol.

Mourad Boudjellal, le président de Toulon, le 14 décembre 2013, au stade Mayol. — BORIS HORVAT / AFP

C'est bien connu, le président du RC Toulon Mourad Boudjellal n'a pas la langue dans sa poche. Il l'a encore montré en conférence de presse ce mardi en fin d'après-midi, avec quelques envolées dont il a l'habitude.

«L'équipe de France de Coupe Davis qui vit en Suisse et chante la Marseillaise...»

A propos de la polémique sur les joueurs étrangers évoluant avec le XV de France, Mourad Boudjellal a trouvé un point de comparaison: le tennis et la Coupe Davis. «Le problème des joueurs étrangers en France est une fausse question. Je suis stupéfait par ce débat, l'équipe de France doit être représentative de la société française. Si un joueur peut acquérir la nationalité française, il doit pouvoir jouer pour les Bleus. Ca ne me dérange pas qu'il y ait des joueurs entre guillemets étrangers. Je suis plus choqué quand il y a des tennismen qui vivent en Suisse et qui jouent pour l'équipe de France, en chantant la Marseillaise la main sur le coeur. Mais les gens, ça ne les embête pas...»

«Le temps de la féodalité est révolu»

Autre cible Mourad Boudjellal: la Fédération internationale de rugby (IRB) et son règlement qui consiste à obliger les clubs à mettre à disposition leurs joueurs internationaux appelées pour les rencontres internationales. «C'est impossible que les fédérations ignorent que le rugby de club est une part importante de l'économie du rugby. C'est impensable de faire les calendriers internationaux sans consulter les clubs.  Ce temps de la féodalité est révolu et on va les attaquer là-dessus. Les clubs français seront derrière nous et on va consulter aussi les clubs anglais. Soit on participera au calendrier, soit on verra ce qu'il se passe.»

«Les Natal Sharks ne me font pas peur»

Sur leur page Facebook, les Natal Sharks, club sud-africain vainqueur de la Super Rugby Conference en 2014, a décidé de défier le RCT. La réponse du président Boudjellal ne s'est pas faite attendre: «J'ai vu les Dents de la mer 1, 2 et 3 et je n'ai pas eu peur. Alors ce ne sont pas les Natal Sharks qui vont me faire peur. J'en ai parlé à Bernard Laporte et il m'a dit: "S'ils veulent rencontrer un champion, ce qui leur changera, c'est où ils veulent et quand ils veulent". S'ils pensent que c'est si facile que ça de faire le doublé en Europe, on va envoyer notre équipe, ils vont envoyer la leur et on verra bien.» Reste à trouver une place dans le calendrier pour ce match éventuel.