Les associations dans la campagne

politique A un an des municipales, les prétendants à la mairie ont tous créé leur structure

mickaël penverne

— 

Eugène Caselli a créé 
" Marseille Rassemblée ".

Eugène Caselli a créé " Marseille Rassemblée ". — p. magnien / 20 minutes

À un an des élections municipales, les associations se multiplient comme les petits pains. Tous les principaux prétendants ont désormais la leur. Marie-Arlette Carlotti a créé «Marseille et moi», Jean Roatta «Citoyennes et citoyens de Méditerranée», Guy Teissier «Passionnément Marseillais», Patrick Mennucci «Pour Marseille 2014» et Eugène Caselli «Marseille Rassemblée».

Meetings et sondages


Toutes ces structures ne suivent pas le même objectif. Celle de la ministre chargée des personnes handicapées est un «think tank» où Marie-Arlette Carlotti pourra puiser des idées si elle est candidate à la mairie. Les associations d'Eugène Caselli, Patrick Mennucci et Guy Teissier sont, elles, des associations de financement électoral, appelées aussi micropartis. Les socialistes s'en servent pour récolter des fonds pour la campagne des primaires. «Je ne sais pas encore combien cela va coûter mais les sommes en jeu ne vont pas être énormes, assure le président de la communauté urbaine. Il y aura peut-être un meeting, quelques tracts, et puis c'est tout». À l'UMP, pas de primaires, mais Guy Teissier se sert de son association pour financer des sondages. Comme celui de décembre, qui donnait le député des Bouches-du-Rhône en tête des personnalités préférées pour être le candidat de droite. Ou celui de février, jamais publié celui-là, qui le donnait au coude à coude avec Jean-Claude Gaudin avec un Front National à près de 20%. Quant à Jean Roatta, député européen et adjoint au maire de Marseille, il assure que son association n'est qu'un club de réflexion sur «cette communauté de 500 millions d'habitants» et qu'elle n'a «rien à voir avec les municipales». Certains en doutent. «À 73 ans, il a sans doute compris qu'il risquait de ne pas participer aux prochaines municipales, persifle un élu UMP. Cette association, c'est pour créer un rapport de force, pour qu'on ne l'oublie pas dans la constitution des listes.»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.