Pour beaucoup de fans de foot, Madère est devenu un pèlerinage. Les touristes viennent y randonner, admirer les paysages fleuris mais aussi, et surtout, rendre hommage à la star de l’île, Cristiano Ronaldo.

«C’est un peu le VRP de Madère», s’amuse Marco Martins, auteur de Cristiano Ronaldo - Orgueil, gloire et préjugés aux éditions Solar. Il faut dire que le numéro 7 du Real Madrid sait entretenir la légende.

En décembre 2013, il a inauguré un musée en son honneur à Funchal. «La création de cet espace de 400m² était une idée de son frère, Hugo Aveiro, raconte Nuno Mendes, le manager du musée CR7. Il a soumis l’idée à Cristiano de le créer à Madère, son île natale.»

Dans ce temple, les visiteurs peuvent retrouver «plus de 200 trophées et médailles, ses 4  Ballons d’Or, ses 3 Souliers d’Or et aussi ses maillots», liste Nuno Mendes.

Une statue hors-normes

Un investissement de plus d’un million d’euros que le joueur n’a pu refuser. «Il entretient une relation presque amoureuse avec son île, raconte Marco Martins. Quand il l’a quittée pour Lisbonne à 12 ans, ça a été extrêmement compliqué pour lui.»

Depuis le 21 décembre 2014, un CR7 de 3m40 et 800 kilos trône même fièrement sur la promenade de front de mer. Une statue entièrement financée par le joueur qui avait déclaré, lors de l’inauguration: «Je suis très fier de cet hommage qui constitue une motivation supplémentaire pour poursuivre mon chemin et gagner davantage de trophées et de titres.»

Preuve de l’engouement, sur les hauteurs de centre-ville de Funchal, dans le quartier modeste de Santo Antonio, se trouve un petit parking. «C’est l’emplacement de la maison familiale de Ronaldo, explique Marco Martins. Même s’il n’y a plus grand-chose à voir, les touristes affluent toujours.»

Le sauveteur de Madère

Les étrangers visitent Madère pour Ronaldo, mais les habitants sont aussi très touchés par la carrière du Madrilène. «Il est né ici, a commencé à jouer au foot ici, explique Saturnino Sousa, directeur de la communication du CD Nacional, un des premiers clubs de Ronaldo. Tous les Madérois considèrent sa réussite comme la leur.»

A Madère, Cristiano est plus qu’un joueur de foot. «C’est un bienfaiteur, admet Marco Martins. Indirectement, il fait la promotion de l’île. C’est pour cela qu’il a reçu la médaille du mérite de Madère alors qu’il n’avait rien fait de particulier.»

Après son musée et sa statue, Cristiano ne compte pas s’arrêter là. «Il se murmure qu’il compte faire construire un resort de 50 millions d’euros», avoue le journaliste. Une façon de plus de laisser son empreinte taille 44 sur les terres de Madère.