EVASION - Une croissance à deux chiffres, une première place historique en volume, le marché français affiche au Portugal une santé insolente. Les raisons d’un succès en 5 expériences voyage.

Pour la première fois, le nombre de visiteurs français au Portugal a dépassé en 2014 celui des visiteurs allemands. «C’est historique», affirme Jean-Pierre Pinheiro, directeur de l’office du tourisme du Portugal en France. Nous avons ainsi été 2 millions à nous rendre l’an passé sous le soleil ibérique, soit une augmentation de 20% d’un marché qui depuis quatre ans enregistre une croissance à deux chiffres. Outre des prix attractifs en temps de crise, le Portugal a plus d’un tour dans son sac pour expliquer un tel engouement.

1/Lisbonne et Porto, des city-break par excellence

Pas étonnant que les Allemands conservent la première place en nombre de nuitées. Les touristes français sont en effet très friands des city-breaks à Lisbonne et Porto, destinations desservies par plus de 22 villes en France grâce aux compagnies low-cost. Festives, culturelles et créatives, ces deux villes à taille humaine «bénéficient d’un bon bouche-à-oreille», confirme Jean-Pierre Pinheiro. En juin, les fêtes de Saint-Antoine à Lisbonne et de Saint-Jean à Porto sont de grands rendez-vous populaires.

2/Une destination assurément surf

Sans aller jusqu’à surfer la plus grande vague du monde au large de Nazaré, record récemment détenu par le Français Benjamin Sanchis, on peut s’offrir de très belles sensations surf au Portugal. Le pays est réputé pour ses spots dans le nord mais aussi plus au sud, notamment à Carrapateira plus propice aux débutants.

3/A la poursuite des «Quintas» et des «Pousadas»

Les amateurs de vin connaissent bien le terme de «quintas», qui désignent en portugais les propriétés viticoles. Outre les vins de Porto, le vignoble de la vallée du Haut Douro vaut assurément le détour ou tout du moins la dégustation de ses vins. Au nord de la région du Minho, le «vihno verde» se forge également une solide réputation ces dernières années. Côté hébergement, les «pousadas» offrent, à la manière des paradores en Espagne, des formules de charme à prix abordable. Logés dans d’anciens manoirs ou couvents réhabilités, ils constituent souvent de bonnes étapes gourmandes.

4/Evora, la perle de l’Alentejo

Beaucoup la qualifient de plus belle cité historique du Portugal. Dominant fièrement la plaine de l’Alentejo, classée à l’Unesco pour son patrimoine médiéval et Renaissance, Evora est en tout cas un témoignage vivant de l’âge d’or du pays. Mais la ville ne s’appesantit pas sur son passé: une belle animation y règne à l’année, à la faveur d’une vie étudiante et culturelle.

5/Le farniente hors de sentiers battus

Si le Portugal s’enorgueillit de l’ouverture cet été d’un premier club Lookea dans la région de l’Algarve et d’un Framissima à proximité de Lisbonne, son littoral -de près de 800 km- permet de trouver sans souci des spots farniente plus confidentiels. On ira par exemple en chercher sur la côte est vers Tavira ou sur l’une des meilleures plages répertoriées par l’office de tourisme du Portugal.