Un parfum de dolce vita souffle sur l’Istrie. Nous ne sommes pourtant pas en Italie mais à 200 km, en Croatie. La péninsule de l’Istrie, à l’extrême nord-ouest du pays, a entretenu un lien fort avec la Botte. Dixième région de l’Empire Romain, elle a été colonisée au XIIIe siècle par les Vénitiens puis au XXe par les Italiens. De ces années, l’Istrie a gardé de très nombreux souvenirs. D’abord, la majorité des habitants parlent italien et les panneaux sont toujours écrits dans les deux langues.

Rvinj, la Venise miniature

De l’Antiquité, la région a sauvegardé de multiples vestiges. «La patrimoine culturel de l’Istrie est l’un des plus importants de la Croatie, raconte Emmanuelle Bluman, spécialiste du pays pour les Guides Evasion. La péninsule recèle d’une richesse antique impressionnante.» Direction donc Pula et ses ruines. Inutile des les chercher, les visiteurs tomberont dessus à chaque coin de rue. «L’amphithéâtre de la ville est le plus grand après le Colisée, s’étonne Guylaine Rasin, expatriée française. Il est extrêmement bien conservé.»

Autour de cette arène, toujours utilisée, les touristes peuvent visiter un temple dédié à Auguste, un arc de triomphe du Ier siècle ou encore la porte d’Hercule. A une vingtaine de kilomètres de la ville la plus romaine d’Istrie, est perché le village de Rovinj. Ici, les visiteurs peuvent vite se croire en pleine cité des Doges. Le campanile qui le domine a été construit sur le modèle de celui de la place Saint-Marc de Venise et certains escaliers ne mènent qu’à la mer.

Une gastronomie fortement inspirée

Si l’Istrie est surnommée la Toscane croate, ce n’est pas pour rien. Ses paysages ont tout pour rappeler ceux de la région de Florence. «L’arrière-pays est très vallonné, décrit Emmanuelle Bluman. Les collines sont couvertes d’oliveraies et de vignobles.» Les petits villages authentiques et leurs maisons en pierres sont perchés en haut des monts et surplombent des plaines verdoyantes. L’Istrie n’a pas oublié de s’inspirer d’un des attraits principaux de l’Italie: sa gastronomie.

Ainsi, la pasta est dégustée à quasiment tous les repas, tandis que les légumes sont arrosés d’huile d’olive. «La renommée de l’Istrie vient aussi de ses truffes, blanches ou noires, qui sont très appréciées», rappelle Guylaine Rasin. «Istrie est une invitation au voyage, conclut Emmanuelle Bluman. Pour visiter la région, rien de mieux que le slow-travel. Comme ses habitants, il faut prendre le temps de vivre.»