ESPAGNE - L'île de Gran Canaria est réputée pour la richesse de ses paysages dignes d'un continent.

Lorsque l’on parle des îles Canaries, on pense d’abord au soleil, aux longues plages paradisiaques et au farniente. Ce que l’on sait moins, c’est que l’archipel espagnol recèle d’autres atouts, moins célèbres mais tout aussi attirants. Parmi eux, un patrimoine naturel hors du commun.

Un continent miniature

Au large des côtes africaines, l’île la plus centrale des Canaries et la deuxième plus peuplée, Gran Canaria, offre des charmes méconnus. Son surnom, le «continent miniature» lui sied à ravir. L’Unesco lui a d’ailleurs donné le titre de réserve mondiale de la biosphère.

Dans cet écosystème, les horizons sont d’une diversité rare. «Chaque jour, j’ai découvert des paysages particuliers et fantastiques», se réjouit Paulette, globtrotteuse et créatrice du blog Les voyages et moi.

En parcourant l’île volcanique, on peut également traverser d’immenses étendues désertiques, flâner dans de verdoyantes vallées mais aussi se reposer sur des plages de sable noir. «Il m’est arrivé de passer sur des routes de campagne avec des palmeraies avant de tomber sur un lac aux eaux vertes», détaille la voyageuse.

Point culminant de l’île de Gran Canaria, le Pico de la Nieves domine les 1.560 kilomètres carrés de l’île du haut de ses 1.949 mètres. Gran Canaria «est un volcan au pied duquel se trouve la mer», résume Christophe Hissette, passionné des îles espagnoles et créateur du site Canaries.net. Une altitude qui rend possible une multitude de microclimats.

De la montagne au désert

Le sud-ouest de l’île, par exemple, est propice aux forêts de pins canariens quand, à l’est, les dunes de Maspalomas dominent le désert de sable blanc. Au nord, ce sont des falaises abruptes qui attendent les touristes.

Comme pour respecter son titre de continent, Gran Canaria possède de nombreuses espèces botaniques qui n’existent nulle part ailleurs. «95 se trouvent uniquement à Gran Canaria et 101 sont endémiques aux îles Canaries», décrit Christophe Hissette. En quelques kilomètres, on passe ainsi des étendues arides, où pullulent les chardons aux vallées peuplées de palmeraies.

Des paysages sahariens à ceux de la Nouvelle-Zélande sans oublier un patrimoine volcanique que ne renierait pas la Réunion, un séjour à Gran Canaria équivaut à un petit tour du monde, que l’on peut réaliser en moins d’une semaine.