Peu importe où vous vous trouvez à Tenerife, le Teide domine toujours le paysage de la petite île canarienne. Culminant à 3.715 m, le volcan est le troisième plus grand au monde depuis sa base. Il a façonné Tenerife, donnant à l’île bien plus de richesses que ses plages bordées de palmiers.

«L’endroit le plus aride se trouve à la caldeira de las Cañadas, un énorme cratère désertique. Les couleurs sont vives, de l’orange, du vert et du noir. On y trouve d’impressionnants dômes de lave», explique Dominique Decobecq, géologue et volcanologue rattaché au Centre national de la recherche scientifique (Cnrs). Une aubaine pour les amateurs de randonnée qui trouveront leur bonheur dans le parc national du Teide. De quoi se croire sur une autre planète.

La route de la Esperanza, dont le dénivelé est très progressif, se prête bien à des balades à vélo. Elle traverse une immense pinède qui contraste totalement avec le reste des étendues arides du parc. «Pour avoir une vue imprenable sur le massif, un téléphérique permet de monter jusqu’à 3.500 m, à la station de la Rambleta. C’est quasiment au sommet du volcan», indique Thierry Orain, le rédacteur en chef des Guides verts. Il n’existe qu’un seul hôtel dans le parc, le Parador de las Cañadas, qui est une propriété de l’Etat madrilène. «C’est l’endroit idéal pour admirer le lever de soleil sur le cône du volcan», poursuit-il.

Visite à la lampe frontale

Cet environnement lunaire se visite aussi sous terre. A la Cueva del Viento, les coulées de lave d’un autre volcan, le Pico Viejo, ont donné naissance à un tube sous-terrain de 17 km de long. Des visites sont organisées avec casque et lampe frontale. Expatriée depuis treize ans sur l’île, France anime le blog Tenerife Autrement. Elle est guide française sur l’île. «Le lieu est resté à l’état naturel et est accessible à tous. Pour les plus sportifs, il existe aussi une visite plus musclée organisée par l’association de spéléologie locale.»

Pour profiter des atouts géologiques de l’île, pas obligé d’être casse-cou. Hormis les plages de sable blanc du Sud, beaucoup d’entre elles sont noires. Une couleur due aux débris de roche volcanique. On les retrouve plutôt dans le Nord, comme à Santa Cruz. Des spots beaucoup moins bondés pour une bronzette qui sort de l’ordinaire.