TEST – Mélange de pilates, yoga et barre au sol, le pilates fusion semble être une séance de gym douce. Mais on réalise notre erreur de jugement dès le premier quart d’heure.

Formée au pilates dans la très traditionnelle école américaine Peak Pilates et coach de pilates fusion au Klay à Paris, Adèle van Damme raconte avoir voulu «s’éloigner encore plus de l’image de gym douce de la discipline et au contraire lui donner un aspect encore plus athlétique».

Pour y parvenir elle a ajouté de la fluidité entre les exercices, afin de proposer un cours non-stop pendant 60 minutes et ainsi favoriser l’activation cardio-musculaire. De mon point de vue, j’approuve le côté athlétique, en revanche, je ne peux pas dire qu’elle ait été «non-stop» parce que des pauses, je confesse en avoir fait plusieurs après la première demi-heure.

Mes muscles me faisaient mal et Adèle en convient, la première séance peut être un véritable challenge à moins d’être en de très bonnes conditions physiques. «D’une part parce qu’une débutante risque d’être surprise par la difficulté du cours, et aussi parce qu’elle va se confronter pendant une heure à toutes les problématiques de son corps», explique-t-elle.

Le pilates fusion étant des enchaînements d’exercices au poids de corps, le simple fait de tendre les bras pendant plusieurs minutes peut-être une grosse difficulté si nos épaules sont raides, comme les miennes. Mais Adèle me rassure: «au fur et à mesure des cours, on progresse sur sa souplesse, sur sa force, on finit par nettoyer ses faiblesses», argument approuvé par une adhérente qui m’affirme avec enthousiasme «avoir fait d’énormes progrès en quelques mois!»

Sublimer silhouette et son allure

Dès l’échauffement on commence avec des exercices de gainage que l’on va poursuivre durant toute la séance travaillant ainsi tous les muscles du corps pour maintenir les postures, «selon moi, c’est important c’est de ne pas isoler les groupes musculaires», souligne-t-elle.

En effet, alors que nous enchaînons les différentes postures de pilates et yoga : arabesques, «T poses», «roll up et roll down», travaillant ainsi la souplesse, la tonicité et les alignements, Adèle nous fait également travailler les bras de façon à ce qu’il soient toujours en action comme dans les séances de barre au sol où les bras ne sont jamais relâchés.

Pour cela, quand elle ne nous fait pas tendre un élastique à bout de bras, elle nous demande de soigner notre posture en maintenant nos bras et même nos doigts: «Il y a une relation esthétique, on doit aussi avoir envie de se projeter dans quelque chose de beau, donc les positions doivent être jolies, il doit y avoir des finitions dans les exercices : jusqu’au bout des doigts!»

Gagner des centimètres

C’est la raison pour laquelle elle rappelle à plusieurs reprises pendant l’heure de nous regarder dans le miroir, de surveiller nos alignements – jambe tendue dans la continuité du buste des bras par exemple – pour faire quelque chose de joli et ainsi se sentir plus belle.

On obtient alors une conscience posturale qui nous fait gagner des centimètres et donne une véritable allure alors même qu’on travaille notre musculature. C’est précisément cet argument même qui séduit de plus en plus d’hommes. Décidément, les centimètres comptent!

Hermine Prunier