VERDICT - Spécialiste des balances et des tensiomètres intelligents, Withings a créé un trackeur d'activité aux multiples fonctionnalités. Que vaut-il ?

Après s’être taillé la part du lion des balances et des tensiomètres intelligents, Withings espère réitérer la donne, cette fois sur le marché des trackers d’activité. Avec quels résultats ? La réponse dans ce test.

Esthétiquement d’abord, l’objet fait des étincelles. Si ce n’était pa marqué Withings dessus, on se dit qu’Apple aurait très bien pu signer ce design minimaliste, tiré au cordeau. Comme le fabriquant nous y a habitués sur ses précédents objets connectés, la comparaison ne s’arrête pas là. A l’instar de la marque à la pomme, le soin apporté à la finition extérieure se retrouve à l’intérieur.

Côté fonctionnalités, polyvalence et simplicité sont au rendez-vous. Compter les pas, le dénivelé, les calories brûlées, noter la qualité du sommeil... le Pulse sait plus ou moins tout faire. Dans ses huit petits grammes et 4,3 centimètres de longueur, le dernier né du département R&D de Withings incorpore les fonctions en vogue chez la concurrence, en y ajoutant une autre de son cru : la mesure du rythme cardiaque. Une option moins gadget qu’il n’y paraît de prime abord. En soirée, on se surprend à prendre le pouls de ses amis, et à comparer ses battements après une phase de stress ou de sport. Véridique !

Attention cependant à ne pas abuser des bonnes choses. La batterie, avec une autonomie annoncée de 10 jours , encaisse assez mal les mesures répétées. Dans des conditions d'utilisation normale (une mesure cardiaque et quelques consultations du Pulse par jour), la promesse est revanche respectée. D'autant que, pour ne pas perdre nos données à cause d'un oubli de recharge, le Pulse intègre une fonction aussi atypique chez un capteur qu'efficace : le power save mode. En limitant certaines de ses fonctionnalités, il gagne ainsi 24 heures d'autonomie supplémentaire. Une vraie bonne idée.

8 petits grammes

En tant qu'objet connecté, le Pulse fait le job. L'appareil est compatible iOS et Android, aussi bien avec les smartphones dernières génération, equipés en bluetooth 4.0, que les modèles antérieurs. La synchronisation se fait de manière transparente, sans intervention de l'utilisateur, à l'exception des ponctuelles mises à jour. Sur la forme, le capteur de poche est livré dans sa boîte avec un bracelet de nuit. Loin d'être laid, on s'imagine quand même mal l'enfiler toutes les nuits et en retirer le Pulse au lever, à moins d'être vraiment très impliqué dans le suivi de son sommeil. Côté connectique, c'est la surprise. Le Pulse se recharge par un banal câble micro-USB. Principal avantage : pas de panique ni de dépenses superflues en cas de perte !

En faisant les comptes, le capteur de poche français n’est pas si différent de l’excellent Fitbit One, vendu lui aussi autour de 100 €. Les propriétaires d'une balance Withings apprécieront de retrouver toutes leurs données sur l'application mobile, qui met ainsi directement en relation suivi de poids et de l'activité physique. Mais à ce niveau de qualité, tout est affaire de goût... et de où penche votre cœur.

Romain Gouloumès

>>> Vous avez un Fitbit, un Jawbone Up ou un Pulse et vous vous voulez en tirer le profit maximum, découvrez les réponses de nos experts à vos questions