En bon coureur, vous avez dépensé entre 80€ et 150€ pour votre nouvelle paire de chaussures. Votre tiroir, lui, regorge de chaussettes de sport informes à 3€ le lot de 4. Avouez, il y a comme un décalage... Ce n'est pas nous qui mettons le doigt dessus mais Alexandre Mouratille, responsable running du magasin Foulées Paris 12: «Les runneurs sont souvent persuadés d’avoir de bonnes chaussettes et privilégient des petites sockettes en coton ou en polyester. Or, le coton absorbe absorbe mais n’évacue pas l’humidité. A l’inverse, une paire de chaussettes en nylon ou en polyester de mauvaise qualité va trop chauffer le pied.»

Se protéger des frottements

Allié propreté des pieds, la chaussette recèle de nombreuses autres qualités, pour peu qu'on daigne enfiler des modèles plus adaptés. Jean-Michel Samper, podologue du sport, rend au parent pauvre des vestiaires ce qui lui revient de droit: «C'est un achat à ne pas négliger. Une bonne chaussette doit avoir des propriétés de thermorégulation, c’est à dire protéger contre le froid en hiver, et être respirante en été pour éviter la prolifération des bactéries, champignons et autres mycoses.» Au delà du confort, le tissu protège, aussi et surtout, le pied contre les frottements. «Elle doit comporter des renforts sur les zones de frottement avec la chaussure pour éviter la formation d’ampoules. Ça peut vous sauver une course.»

Dans l’idéal, précise le podologue, préférez les modèles sans couture. Oubliez coton et nylon, Alexandre Mourtatille leur préfère les matières plus techniques, tels que la combinaison polyamide-elasthane. Le naturel n’est toutefois pas en reste. Pour qui est disposé à mettre un peu plus de 15€ dans sa paire de chausse, la laine mérinos constitue «le top du top». «Le pied respire vraiment et ne chauffe pas. En revanche, ça reste un peu cher.»

Choisir la bonne taille

Ça y est, vous avez choisi le modèle, le bon colori, et vous vous dirigez d'un bon pas vers la caisse. Cependant, dans votre empressement, vous avez sans doute négligé un paramètre… de taille. S’il est communément admis que la pointure de chaussure de running doit être plus élevée que celle de vos chaussures de tous les jours, pour s’adapter au gonflement du pied pendant l’effort, les chaussettes, elles, se prennent plus petites.

Alexandre Mouratille s’explique: «Si vous mesurez du 44, prenez des modèles 41-43. Au contraire de la chaussure, le tissu de la chaussette s’étire. Si elle est trop grande, elle va former des bourrelets et gêner la course.» La tenue du pied doit être optimale, ajoute Jean-Michel Samper. «Trop serré, ça comprime. Lâche, ça entraîne des frottements. D’où l’existence de chaussettes identifiées pied droit ou pied gauche, adaptées à leur morphologie.» Si avec tout ça vous ne remplissez pas mieux vos tiroirs...