TEST - En détournant l’attention de l’enfant effrayé par les piqûre à l’aide de la réalité augmentée, l’application Ludicalm apporte magie et poésie dans le le monde de la santé mobile…

Piqûre ou prise de sang, même pas peur! Grâce à l’application Ludicalm, les enfants n’ont plus à craindre la seringue. Et les infirmières peuvent travailler tranquilles. «Il s’agit d’un outil ludique qui détourne l’attention de la douleur», explique Sylvie-Marie Brunet, qui a développé Ludicalm.

Le principe? Celui de la réalité augmentée, soit l’insertion d’éléments virtuels dans un univers réel. Placée au dessus de la partie du corps de l’enfant traitée, une tablette numérique reproduit l’action et fait surgir de l’écran une grenouille animée en 3D.Dès lors, l’enfant focalise son attention sur l’animal venu jouer avec lui et laisse son imagination l’emporter sur sa peur…

De «Second Life» à l’hypnose…

Ancienne responsable de communication, Sylvie-Marie Brunet a toujours été fascinée par la réalité virtuelle. Après des études au Celsa en 2008 où elle s’intéresse aux mondes parallèles du jeu en ligne «Second Life», elle quitte son entreprise et se rapproche d’une sage-femme sophrologue avec laquelle elle développe en 2011 un projet d’aide à l’accouchement grâce à la réalité virtuelle.

Sans débouché concret, l’idée est abandonnée, mais Sylvie-Marie Brunet ne désarme pas. En 10 jours, elle jette les grandes lignes de Ludicalm qui éclot il y a un an.«Entre-temps, je me suis formée à l’hypnose et à la PNL (Programmation neuro linguistique) et à l’art thérapie», explique Sylvie-Marie Brunet, désormais conseil et formatrice en communication et thérapie par le jeu.

Des «ludicaments» pour les seniors

Couronné d’un Trophée coup de coeur de la e-santé à Castres, Ludicalm a tout d’abord été testé dans un service de pédiatrie à Alès où l’application continue d’être employée. Désormais, des hôpitaux et des infirmières libérales l’ont adopté.

L’hôpital Necker devrait prochainement l’utiliser dans son service cardiologie pédiatrique. A 2,99€ sur l’AppStore et 1,99€ sur Google play, l’application peut être utilisée par tous. En parallèle, Sylvie-Marie Brunet songe à des «ludicaments», notamment à l’attention des seniors pour faciliter la relation entre le soignant et le patient.