EDITO – Considéré en France comme l’interlocuteur de référence pour tout ce qui a trait aux objets connectés et à leurs usages, Emmanuel Gadenne est également l’auteur du «Guide pratique du Quantified self». Chaque semaine sur 20Minutes.fr, il apportera un éclairage sur un sujet de son choix. Dans son sixième billet, il adapte à l'automesure la liste de Dunbar. Ce concept fixe à 148 le nombre de relations stables qu'un individu peut entretenir.

A partir de mon iPhone, je peux accéder à plusieurs dizaines de milliers de contacts enregistrés dans un ou plusieurs des outils que j'utilise : SMS,mail, téléphone, Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, Viadeo, Google Plus, Wordpress, Blogger...

Inutile de vous dire qu'à un instant T je ne connais pas tous ces contacts. Allons même plus loin, d'après les travaux de Dunbar, le nombre maximum d'amis avec lesquels je peux entretenir une relation stable à un moment donné est de l’ordre de 148 ! Cette limite est une limite physique liée à la taille de mon néocortex.

Voir et analyser la liste de Dunbar des 148 personnes avec lesquelles je communique le plus à un instant donné serait très intéressant pour moi : Qui y entre ? Qui en sort ? Qui y a fait un passage éclair jusqu'au top avant d'en ressortir aussi vite qu’il y était entré ? Qui y reste au sommet durablement ? La mise à jour en temps réel des coordonnées publiques de mes contacts me permettrait de joindre rapidement ces 148 contacts et m'éviterait de redemander si souvent des numéros de portable, des emails, etc.

Je sais intuitivement qui sont mes 5 meilleurs contacts. Mais quels est le top 148 de mes contacts indispensables à ma vie sociale ? Pour répondre à cette question, j'ai bien essayé d'en dresser la liste sur une page blanche mais très vite je me suis aperçu qu'une « application Dunbar » pourrait me rendre de grands services !

Car faire cette sélection et cette actualisation des coordonnées de contacts moi même me prend trop de temps et comporte un trop grand risque d'erreur. Mon application Dunbar devrait savoir comptabiliser l'essentiel de mes interactions sociales savoir qui me parle, à qui je parle, qui me répond, et quelle est la fréquence et la durée des nos conversations...

Plutôt qu'une liste statique que je dois patiemment créer puis jardiner comme dans Facebook, mon application Dunbar s'appuierait sur tous les outils de communication que j'utilise déjà pour dresser la liste de mes amis sur un principe très simple : « Mes amis sont ceux avec lesquels je converse... ».

Mon application Dunbar pourrait m'aider à mieux interargir avec les autres. Elle pourrait me dire en temps réel les contacts, les clients, les collègues, les amis, les marques avec lesquels j'échange le plus. Une analyse sémantique préciserait la tonalité générale de ces échanges.

Bientôt, grâce à la biométrie, mon smartphone pourra véhiculer et partager mon identité certifiée. Ce jour là, mon application Dunbar, s'enrichira des informations portées par mes « échanges dans la vraie vie » devenant ainsi une vraie extension de ma mémoire personnelle...