EDITO – Considéré en France comme l’interlocuteur de référence pour tout ce qui a trait aux objets connectés et à leurs usages, Emmanuel Gadenne est également l’auteur du «Guide pratique du Quantified self». Chaque semaine sur 20Minutes.fr, il apportera un éclairage sur un sujet de son choix. Dans son quatrième billet il explore les potentialités du Quantified self à l'horizon 2020.

Dans quel monde vivrons-nous lorsque nos objets personnels préférés seront connectés à Internet et capables de communiquer entre eux ? Que dira la fourchette qui nous incite à manger moins vite à la brosse à dents qui nous encourage à nous brosser les dents plus régulièrement ? Que nous apprendra la balance qui mesure notre pourcentage de masse grasse ? Notre sommier nous dira-t-il si nous avons suffisamment bien dormi ? A quand le vélo qui se rappelle à notre bon souvenir lorsque nous oublions de l’utiliser ? Et les toilettes qui analysent les urines en temps réel sont-elles pour bientôt?

Nos données personnelles gagnent à être interprétées dans le temps. Ainsi, grâce à mon capteur fitbit, je sais que j’ai marché 5 000 km en 2 ans. Nos données personnelles peuvent aussi être corrélées avec des données de référence : sur Sen.se, je peux observer la corrélation entre le nombre de mes pas quotidiens et la température extérieure mesurée à Paris.

Pour rester efficace, la collecte de données doit nécessiter le moins d'effort possible : c’est à cette condition qu’elle peut perdurer suffisamment dans le temps et apporter toute sa valeur. A l'image de la balance connectée, les capteurs les plus prometteurs sont des améliorations des objets de notre quotidien. Une balance intelligente est aussi simple à utiliser qu’une balance classique et c’est justement pour cela qu’elle rencontre un tel succès. D’une version à l’autre, elle reste toujours aussi simple à utiliser, il suffit de monter dessus. Cette simplicité d’usage n’empêche pas la richesse des données capturées : la nouvelle balance connectée Withings WS-50 apporte ainsi son lot de nouvelles mesures : non seulement votre poids, votre pourcentage de masse grasse et votre indice de masse corporelle mais aussi votre pouls au repos, le taux de CO2 et la température de la pièce. On peut déjà imaginer que les balances connectées de demain mesureront aussi l'ambiance sonore et détecteront les mouvements dans la pièce... Mais avant tout, un bon objet connecté doit se faire oublier, disposer d’une grande autonomie et de fonctions de transfert de données transparentes en Wifi et Bluetooth.

Les objets connectés de demain nous permettrons de stocker de nouvelles données, sources de nouvelles connaissances : les plats et les aliments consommés, les calories ingérées, les personnes rencontrées, les interactions sociales en ligne et hors-ligne, les musiques écoutées, les niveaux de pollution auxquels nous avons été exposés, notre niveau de concentration lors de nos différentes activités, les parfums et les odeurs que nous avons sentis...

En 2020, 50 milliards d'objets connectés à Internet alimenteront nos mémoires numériques 24h/24. De l'analyse de toutes ces nouvelles données personnelles naîtront de nouvelles interprétations... Et gageons qu’avant cette date, les objets connectés seront devenus d’indispensables vecteurs de la connaissance de soi !