TEST – Spécialiste des objets connectés et sportifs, le blog legeeksportif.com livre chaque semaine un article thématique, à lire uniquement sur Se Coacher.

Toutes les marques veulent leur traqueur d'activité en cette année 2014. Après Samsung, Sony, LG et Garmin, voici, en ce début d'automne, celui proposé par Epson, plus connu sur le marché des imprimantes et vidéo projecteurs. Intégrant un capteur de fréquence cardiaque, l'Epson Pulsense PS-500 se différencie de ses concurrents, mais est-ce une réussite?

Des capteurs performants...

La grande particularité de ce Pulsense est l'intégration d'un capteur cardiaque situé à l'arrière de la montre : celui-ci se révèle très précis, quand on le compare aux résultats d'une ceinture cardio. De plus, il intègre les habituels capteurs qui mesureront ses pas, la distance parcourue et en déduiront le nombre de calories dépensées : à nouveau, les résultats sont fiables. Enfin, cette montre Epson effectue également le suivi du sommeil. Néanmoins, comme toujours sur ce marché, les capteurs se révèlent peu précis, et il est bien plus conseillé de se tourner vers des produits spécialisés (comme le Withings Aura) si l'on désire cette fonctionnalité.

Une autonomie légère

Avec ses 3 jours d'autonomie (avec le capteur cardiaque allumé), le PS-500 se retrouve dans la tranche basse du marché, plus souvent proche d'une semaine d'autonomie. La recharge, elle, est simple, dure 1h30, et se fait via le port USB de son ordinateur et la le chargeur-pince livré avec.

Mais un aspect trop banal !

Si le bracelet connecté est devenu à la mode, c'est avant tout car, dès 2013 avec le Fitbit Flex et le Jawbone UP, les marques en ont fait des objets fins et aux couleurs flashies, tout ce qu'il fallait pour ravir l’œil du consommateur. Epson a choisi le parti inverse: le PS-500 est au format montre (très confortable à porter), plutôt épais (ceci se justifiant par la présence du capteur cardiaque) et dans un noir ultra sobre. On regrettera également l'écran, certes large, mais avec une définition assez faible, rappelant plus les montres des années 2000 que l'écran bluffant d'un Samsung Gear Fit. Bref, la différenciation, c'est bien, mais là, Epson oublie complètement l'aspect "séduction" qui provoque souvent l'achat. Dommage...

Et une app perfectible

Finissons en parlant de l'application, disponible sous iOS et Android. D'abord, l'appairage par bluetooth est très capricieux : pas moins d'une dizaine d'essais ont été nécessaire pour le connecter à un Samsung Galaxy Note3... Mais une fois lancée, l'application séduit : les icônes sont jolies, la navigation facile... Cependant, rapidement, on la trouve très lente: les changements d'écrans prennent souvent 3 secondes, le lancement de l'application jusqu'à 10 secondes. Sur un smartphone aussi puissant, c'est dérangeant.

La promesse de ce Pulsense PS-500 était très alléchante avec son capteur cardiaque intégré à son traqueur d'activité, mais, entre son look dépassé, son application un peu lente et son autonomie trop légère, le résultat fait une impression mitigée.

>>>Retrouvez les autres articles du Geek sportif, et leur twitter