TEST – La montre de Withings est certainement le plus élégant des trackers d'activité. Notre verdict après deux semaines au poignet.  

Il est 7h30. Conformément à l’alarme programmée dans votre smartphone, l’Activité Pop s’anime de légers soubresauts pour vous tirer du lit. Tandis que la grande et la petite aiguille du cadran pointent vers l’heure matinale, une troisième trotteuse stagne sur 0. Rien d’anormal, la journée ne fait que commencer. A vous de bouger pour qu’elle complète 100% de votre objectif de pas quotidiens. D’où le nom d’Activité. Pop parce que ce modèle est la déclinaison colorée, et plus abordable (149,95€), de l'Activité première du nom (390€).

Si ce n'était cette troisième aiguille, la Pop passerait pour une montre classique. L’Activité Pop est un bel objet, aux lignes épurées et aux coloris dans l’air du temps. Poids plume et plutôt menue, elle s’accordera aux poignets aussi bien féminins que masculins. Quelques réserves cependant sur le bracelet. D’un caoutchouc très fin, celui-ci fait tâche sur un bijou à près de 150€, d'autant qu'il a tendance à se salir.

8 mois d'autonomie

Sujet épineux pour nombre de smartwatchs, l’autonomie est au beau fixe. Withings promet que l’Activité peut tenir 8 mois… en activité. Son boîtier est quant à lui résistant à l’eau jusqu’à 50m. Pas de doute possible, malgré l’absence de molette sur le côté (l’heure se règle depuis le smartphone), on est plus proche de la montre de papa que de la smartwatch.

>>>Retrouvez nos tests d'objets connectés

La parenté ne s’arrête pas aux apparences. Oubliées la lecture des SMS ou l’affichage des notifications, chères aux plus basiques des montres connectées. La montre imaginée par Withings économise son temps et son énergie pour se consacrer à des tâches simples: l’heure, l’activité physique, la mesure de la qualité du sommeil et le réveil. Annoncée mais pas encore installée, l’entreprise française travaille encore au développement de l’analyse de la nage.

Une synchronisation perfectible

Le cadran donne un aperçu très simple de son niveau d’activité. Quand il veut consulter sa moyenne hebdomadaire, ou savoir combien de temps il a dormi samedi dernier, l’utilisateur doit se tourner vers l’application mobile. Et apprendre à patienter. En effet, la synchronisation bluetooth entre l’Activité et le smartphone (un iPhone dans notre test. La montre devrait être compatible Android fin février) n'est pas totalement au point. Il faut souvent près d’une minute à la montre pour décharger son flux de données.

Lors de la première semaine de test, nous avons également expérimenté plusieurs bugs. Il est arrivé que des journées entières passent à l'as. Ces soucis ont depuis été réglés à grand renfort de mises à jour logicielles. Rien de rédhibitoire en soi mais l’on espère que, d’ici quelques mois, l’Activité aura appris à se synchroniser d’elle-même comme une grande.

Coach complet mais timoré

Toujours en parlant de l'application, les utilisateurs des appareils de la marque au W ne seront pas dépaysés. L’appli Withings fonctionne comme un portail santé et bien-être où l’utilisateur vient greffer ses données. Celles enregistrées par la montre viennent compléter le tableau, et donner un surplus de matière au coach électronique. Podomètre précis, la Pop est un tantinet moins efficace de nuit, mélangeant parfois période de sommeil léger et d’éveil. Mais l'idée générale, surveiller la qualité de ses nuits, est là.

Surveiller c'est bien, alerter c'est mieux. Pas assez de sommeil, un record d’activité battu… quand les scores sortent de la norme, le compagnon santé n’est jamais le dernier à féliciter ou à corriger le sportif. En revanche, en s’attardant sur les chiffres et non sur les moyens, le coach donne l’impression de faire le travail à moitié. Encourager à plus se dépenser sans donner de marche à suivre, on a connu coaching plus productif.

Passe-partout et dotée, sur le papier (difficile de juger de ça en deux semaines), d’une belle autonomie, la Withings Activité Pop est un compagnon bien-être élégant. Pour qui a la volonté de contrôler son sommeil ou de se reprendre en main, la montre se présente comme une alternative plus que séduisante aux bracelets connectés qu'elle vient directement concurrencer. Au fur et à mesure des mises à jour, on gage que l’expérience utilisateur, perfectible, ne devrait cesser de s’améliorer.