INNOVATION – Equipée de 128 LED, la coque smartphone de Codlight entend réinventer notre rapport à la lumière mais aussi à la musique. Coup de projecteur...

La coque de smartphone est, par définition, un accessoire. Elle le protège, lui apporte une touche personnelle ou quelques heures d’autonomies supplémentaires si elle inclut une batterie. Bref, elle n’a pas l’habitude d’occuper le devant de la scène. Alors que c’est précisément là que Yann Lee-Dajoux et François Mazard, fondateurs de Codlight, veulent l’amener.

cPulse (uniquement Android 4.4), leur projet actuellement en campagne Kickstarter, est équipé de 128 diodes LED regroupées sur un panneau d’affichage mobile. Capable de reproduire des millions de nuances de couleur, celui-ci est environ 10 fois plus puissant que l’écran d’un smartphone. «On est vraiment sur de la projection de lumière», explique Yann-Lee Dajoux, qui entend, avec ce projet, «apporter de l’interactivité et de l’intelligence» à un objet qui en est normalement dépourvu.

La musique augmentée

Réveiller en douceur à l’instar d’un simulateur d’aube, créer une ambiance colorée ou apporter un peu de fantaisie à son smartphone: dans l’idée, cPulse peut se plier à toutes les fantaisies des créateurs, expliquent les deux anciens de Texas Instrument. «Pour nous, la lumière est un acte créatif en soi, un langage.»

Ce langage, François Mazard et son comparse voudraient bien l’associer à un autre, tout aussi universel: la musique. «L’alliance de la lumière et du son, c’est quelque chose qui nous parle beaucoup.» A contrario des lives où les téléphones sont réduits au rang de simples caméras, le duo aimerait que les artistes s’en saisissent comme d’un instrument, pour interagir avec le spectateur. «Un peu comme le Xyloband de Coldplay», glisse Yan Lee-Davoux, en référence aux bracelets à diodes que le groupe britannique distribue lors de ses concerts. En plus petit comité, cPulse est mieux placé pour jouer les éclairages d’ambiance ou les projecteurs de poche. Après tout, «la musique augmentée on la vit en concert, pourquoi on ne l’aurait pas chez soi?», arguent les deux créateurs.

Une coque imprimée en 3D

De couleur ou de forme différente, la coque de téléphone se fait depuis quelques années accessoire de mode. Si son coffre corpulent en rebutera certains, les créatifs vont pouvoir s’en donner à cœur joie puisque cPulse est imprimée en 3D. Et donc modifiable à l’envie. Cette petite particularité en met en lumière une autre: «Plus besoin de tout jeter si vous changez de mobile. Vous n’avez qu’à réimprimer une nouvelle coque et à y glisser les composants de l'ancienne», détaille Yann Lee-Davoux. D’autant que les 128 LED blanches devraient garder leur éclat pendant 6 à 10 ans. De quoi jouer les réveils ou les DJ pendant un moment.

Malgré un démarrage assez mou sur Kickstarter, la versatilité de l'appareil n’a pas manqué d’éveiller l’intérêt d’un public aussi large qu’inattendu. Deux constructeurs de smartphones et d’un parc d’attraction japonais auraient déjà approché Codlight, alors que la campagne de financement suit toujours son cours. François Mazard et Yann Lee-Davoux ne se focalisent pas dessus et continuent d'avancer en éclaireurs. Leur prochain projet: une enceinte nomade bardée de LED, toujours plus de LED.

Romain Gouloumès