HIGH-TECH - Les pèse-personnes Withings donnent le poids, l'indice de masse grasse et depuis peu... la météo.

«Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu…» Des réflexions de ce genre, les utilisateurs de balances Withings ont dû s’en prendre un paquet de la part de leurs collègues incrédules. La raison? Depuis leur mise à jour la semaine dernière, les pèse-personnes connectés de la marque française affichent la météo au moment de la pesée.

Cas typique. Derrière le rideau de la chambre, le ciel est d’un bleu insolent mais de fortes précipitations sont annoncées en fin d’après-midi. Et, comme par hasard, l’utilisateur n’a pas pensé à consulter la météo. Heureusement, au moment de mesurer son poids et son IMC, sa balance lui suggère de se couvrir. «Pendant que le pèse-personne effectue ses mesures, un parapluie va se matérialiser à l’écran», indique Alexis Arquillière, chef de produit chez Withings.

En apparence inutile, l'ajout de cette information constitue un service supplémentaire pour les clients de la marque, selon lui: «On a cherché à utiliser de façon pertinente, et utile pour nos utilisateurs, le temps de chargement lorsque la balance effectue ses différentes mesures.» Pour l’instant, seul l’avis de précipitation est inclus. Pour les chutes de neige ou la météo des plages, il faudra se retrancher sur son smartphone, son ordinateur ou, pire, allumer la télé.

>>>Le sujet vous intéresse? Découvrez notre test de la balance intelligente Smart Body Analyzer

 

«70% de nos clients se pèsent le matin»

Aussi saugrenue qu'elle puisse paraître, l’idée d’associer la météo à un objet sans aucun rapport n’est pas tombée du ciel. «En fait, explique Aurélien, nous avons remarqué que près de 70% de nos clients se pesaient le matin, souvent avant de s'habiller. On a donc pensé à une façon pour eux de profiter des quelques secondes qu’ils accordaient à leur balance.»

N’est pas météorologue qui veut, et la balance se contente de recouper les données hébergées sur les serveurs de l'entreprise. Objet connecté oblige, l'utilisateur est automatiquement géolocalisé grâce à la connexion Wifi. Un habitant de Tourcoing aura par conséquent peu de chance de recevoir le bulletin marseillais.

«C’est l’avantage des objets connectés. Ils permettent de mieux connaître nos membres et de mieux répondre à leur besoin en adaptant et en continuant à faire évoluer le produit», explique Alexis Arquillière. Ce qui veut dire qu'à l'avenir d'autres informations contextuelles pourraient potentiellement s'afficher sur l'écran bicolore de la balance.

La simplicité avant l'exhaustivité

Rien ne presse, cependant. Avant d’ajouter la température extérieure ou la longueur des bouchons sur le périphérique parisien, Withings pèse à chaque fois le pour et le contre, comme l'explique Alexis Arquillière. «Pour nous, il est impératif de toujours conserver un impératif de simplicité, et d'accompagner les gens dans le coaching de leur poids. L'ajout d'un service ne doit pas nuire à l'expérience utilisateur. On est d’ailleurs impatient d’avoir leurs échos sur cette fonction, sans lien apparent avec la santé.»

Les premiers retours montrent que si l’entreprise connait les besoins de sa communauté sur le bout des doigts de pied, l’inverse n’est pas toujours vrai: «On sait qu’on va devoir faire usage de pédagogie. On a eu au téléphone une cliente qui pensait que le parapluie était un message d’erreur parce qu’elle avait les pieds mouillés.»

Romain Gouloumès