EDITO – Considéré en France comme l’interlocuteur de référence pour tout ce qui a trait aux objets connectés et à leurs usages, Emmanuel Gadenne est également l’auteur du «Guide pratique du Quantified self». Chaque semaine sur 20Minutes.fr, il apportera un éclairage sur un sujet de son choix. Dans son cinquième billet, il évoque les rêves à la portée de tous les adeptes de l’auto-mesure, lui le premier.

Mesurer ma vie ce n’est pas seulement jouer avec des chiffres. C’est aussi, pour moi, tenter de vivre mes rêves. Après 10 ans de mesure de mes données personnelles, je tiens pour acquis que certains de mes rêves se sont déjà réalisés et que d’autres se réaliseront encore dans mon futur.

Au rang des rêves réalisés, je compte :

-mon équilibre retrouvé grâce à l’analyse de mon sommeil entre 2003 et 2006...

-l’arrêt du tabac en 2011, après avoir enregistré sur DidThis une longue chaîne de jours passés sans fumer.

-la sortie de ma sédentarité en marchant 5 000 km en deux ans grâce aux encouragements de mon coach électronique fitbit.

-la perte de 8 kg et une stabilisation de plus de 18 mois grâce au suivi de mon poids dans Tactio Santé.

Certains de mes rêves attendent encore le capteur ou l’application utilisable sans effort. J’espère que des startups vont nous les proposer rapidement. Tout d’abord, j’aimerais disposer d’un signal doux sur le taux de sucre dans mon sang pour, quand j’ai moins d’appétit, pouvoir manger moins sans craindre l’hypoglycémie. Dans le même ordre d'idées, un détecteur du gras ingéré m’aiderait à faire baisser mon taux de masse grasse et me préviendrait avant que mon taux de cholestérol ne dépasse les limites du raisonnable.

Dans mes rêves aussi, ma ceinture connectée, sans trou et auto-bloquante, mesurerait mon tour de taille au millimètre près et transmettrait cette donnée en temps réel à mon application de santé Tactio. Sur moi également, un capteur de stress, de concentration, d’irritabilité, de relaxation et d’humeur me guiderait vers les situations et les endroits les plus propices à mon bien-être. Enfin, un enregistreur de position me permettrait de disposer d’un guidage sur tous les itinéraires que j’ai déjà empruntés.

Je rêve aussi d’une liste de contacts qui se mette à jour toute seule des nouvelles coordonnées téléphonique, mails... et qui puissent détecter finement qui je contacte le plus régulièrement, qui je perds de vue, avec qui j’échange de plus en plus assidûment, etc.

Toutes ces nouvelles données trouveraient alors refuge dans mon entrepôt de données personnelles où elles pourraient être combinées et corrélées à loisir pour faire naître de nouvelles interprétations et m’aider à mieux me connaître.

Tous mes rêves sont déjà à portée. Je fais confiance aux startups pour mettre à disposition ces nouveaux capteurs qui bientôt travailleront pour moi, en toute discrétion et sans requérir d’efforts particuliers à qui veut les utiliser.