DO IT YOURSELF – Entretien, gestion des petites réparations, réduction de la consommation… avec les dispositifs de diagnostic automobile, les conducteurs peuvent mieux connaître leur véhicule. Des spécialistes donnent le mode d’emploi.

C’est une petite «entrée» magique, souvent placée sous le volant qui change la vie de nombreux conducteurs. En exploitant la prise diagnostic qui se trouve dans chaque voiture, ceux que l’on appelle parfois les «Bricoleurs OBD» pour On Board Diagnostic ont établi un tout nouveau rapport avec leur véhicule.

Le diagnostic automobile pour entretenir soi-même sa voiture

L’OBD ou diagnostic automobile embarqué permet d’accéder à toutes sortes d’informations en interrogeant les calculateurs électroniques de la voiture. Comment ça marche? «La partie électronique d’un véhicule est composée de 15 à 20 boîtiers, des calculateurs. Ces derniers dialoguent entre eux et avec un gros calculateur central», explique Sébastien Rousselet, fondateur d’OBD Auto.

En branchant la prise diagnostic du véhicule à un boîtier OBD, un conducteur peut recueillir des informations des calculateurs, transmises à un ordinateur (via un câble USB branché sur le boîtier) ou à un smartphone (en wifi ou Bluetooth, grâce à une appli téléchargeable). Pratique quand on veut s’occuper de «petites» opérations de maintenance. Pour s’équiper, il faut compter entre 20 et 50€ selon le fournisseur.

Le calculateur prioritairement interrogé est celui du moteur. «Avec ce produit, vous accédez à ce qu'on appelle le code défaut, explique Cyrille Richard, d’OBD Facile. Le logiciel donne une description technique du problème puis permet d’actualiser l'affichage du tableau de bord.»

Faciliter l’entretien, pas faire du tuning

Un atout de poids pour des utilisateurs aux profils multiples. «Les plus prudents font simplement la vidange de leur véhicule eux-mêmes, note Sébastien Rousselet. Ceux qui veulent faire l'entretien des injecteurs et du filtre à particules prennent une version plus complète du programme.»

Accéder aux clefs du diagnostic automobile ne veut cependant pas dire être mécanicien et cela n’a rien à voir avec le tuning. «Nos solutions permettent d’entretenir un véhicule, pas de modifier les performances», précise le même interlocuteur.

Pour Sébastien Rousselet, le diagnostic automobile peut aussi devenir un vrai levier de développement pour l’éco-conduite. «Je pense que ces dispositifs seront bientôt intégrés aux voitures. Ils permettront de mieux connaître sa consommation d’essence». Une voie dans laquelle la société Drust, qui a développé Akolyt, un coach de conduite personnalisé, s’engouffre à pleine vitesse.