HIGH-TECH - Si Facebook était un objet, il aurait sans doute la forme de la Feeling Skin. Cette création française est une coque batterie pour smartphone en même temps qu'un objet connecté... social.

Facebook? Très peu pour eux. Les trois fondateurs de Twelve Monkeys Company  trouvent le réseau social de Mark Zuckerberg «sans sincérité», «artificiel». «Il nous a servi pour se tenir au courant pendant l’avancée du projet, mais on ne partage pas dessus. A nos yeux, c’est surtout un moyen marketing de promotion personnelle», explique Rémy Koné. Avec Feeling Skin, sa coque smartphone proposée en ce moment au financement participatif sur Kickstarter, l’entrepreneur aspire à autre chose. A plus d’interactivité, voire d’intimité. Avec une coque de téléphone?

Rémy, Davy et Adrien utilisent peu ce terme. Et préfèrent celui d’un objet social et intelligent. Dans cet esprit, en plus des caractéristiques attendues d’une coque batterie (1450mAh), la startup a doté son appareil de fonctions communicatives. En effleurant du doigt la bosse située sur le dos de la housse, l’utilisateur va envoyer une notification aux amis ayant l’application Feeling Skin (iOS et Android) installée sur leur smartphone. Ceux-ci sont alors invités à partager leur état d’esprit du moment, leur « mood », via une vidéo de quelques secondes. Une fois le clip échangé, la coque s’illumine. En bleu, si le moral est au beau fixe, rouge dans le cas contraire.

>>>Découvrez nos autres articles sur les objets connectés et accessoires smartphones comme le patch mobile Fazup

«On ne s'en passe plus»

«On propose de vous immerger dans la vie de vos amis. On a voulu lancer une coque vivante, douée d’empathie, avec la capacité de communiquer nos émotions avec ceux qui comptent vraiment », précise Rémy Koné, soulignant l'aspect exclusif, ou au moins restreint, des échanges. Les gens de Twelve Monkeys Company ignoreraient-ils l’existence des fonctions appel, SMS ou MMS? Pas du tout. A les croire, s’ils ont développé la Feeling skin c’est que les moyens de communication conventionnels n’ont pas résisté à la distance.

Ce n'est pas un hasard si l’idée de la coque sociale a germé alors que les relations entre les trois amis étaient au plus bas: «On vient tous de la Vallée de la Chevreuse. On donnait l’image d’une bande de potes qui traverserait tous les âges. Evidemment, les destinées de chacun nous ont éloignés jusqu’à nous perdre de vue. Quand tu t’en rends compte, ça fout une claque.» La distance s’est réduite, sans toutefois disparaître. Seulement, aux longs silences et textos maladroits, les amis ont substitué une coque lumineuse et des instantanés vidéo. Rémy Koné l’admet : «Ça peut paraître anodin de partager ses « mood up » et « mood down », mais on le teste entre nous et on ne s’en passe plus.»

«On veut devenir une communauté underground»

Compatible iPhone 5/5S et prochainement iPhone 6, la coque connecte les individus entre eux là où les objets connectés traditionnels se concentrent sur une seule personne, l’utilisateur. Rémy Koné ne nie pas que son idée du lien social, de même que le profil de béluga de l’objet, partent avec un handicap par rapport aux géants Facebook ou Twitter. Dans un sens, tant mieux : «On veut répandre un virus et devenir une communauté underground. La coque est une sorte d’objet totem, elle doit se distinguer. Elle n’est pas passe-partout.» Pour l’heure, pas besoin de passer partout, uniquement sur Kickstarter. Avant de briller, la Feeling Skin doit réunir 40 000$ d'ici au 1er juin 2014.

Romain Gouloumès