INNOVATION – Prenez un coach minceur, et remplacez-le par un objet connecté et un algorithme. C'est ce qu'a fait une start-up française en inventant Biody Balance, le régime connecté où le patient coache son alimentation lui-même.

Commençons par dissiper un malentendu. Biody balance, malgré son nom, n’est pas un pèse-personne. L’explication, c’est Laura Zuili, la chargée de relations publiques de la start-up derrière le produit, qui la donne : « En fait, le nom est intégralement en anglais. Body balance veut ainsi dire équilibre corporel. » Poser ses pieds sur ledit appareil ne vous apportera pas autre chose que des éraflures. Glisser sa cheville entre la fourche en plastique blanc, en revanche, en dira bien plus sur votre anatomie que n’importe quel pèse-personne.

"On part vraiment de vos mesures corporelles"

Adapté d’un dispositif médical, l'étrange ustensile, qui emprunte autant à la télécommande TV qu'à l'aspirateur manuel, est au cœur du premier programme de régime connecté. « Connecté, reprend Laura Zuili, parce que le programme sportif et alimentaire est recalculé automatiquement en fonction des données mesurées par le capteur. » Celles-ci sont au nombre de quatre : les masses grasse, musculaire, osseuse, mais aussi la rétention d’eau. Cela fait beaucoup d’informations d’un coup, mais toutes ont leur utilité aux yeux de BiodyBalance :« Le poids est un indicateur important avant de se lancer dans un régime, mais le plus important, c’est la répartition entre la masse musculaire et la masse grasse. On peut penser avoir 20kg à perdre, alors qu’en fait il n’y en a que 8kg de gras à éliminer. Biody Balance fait un régime sur-mesure qui part vraiment de vos mesures. »

Pour obtenir ces données, l’appareil envoie de faibles courants électriques dans le corps. Ceux-ci vont traverser tout l'organisme, de la main qui tient l’appareil au mollet sur lequel il s’appuie, pour en analyser la composition. Les données sont ensuite envoyées en Bluetooth à l’ordinateur. De là, BiodyBalance calcule le programme de l’utilisateur, préparant les séances de sport, le menu de la semaine, jusqu'à la liste des courses. Dommage qu'aller les chercher à pied ou se les faire livrer ne fasse pas grande différence. Tout juste lancé, le régime connecté français ne prend pas en compte les capteurs et autres trackers d'activité du marché. Mais c’est à l’étude, promet la start-up.

"Entre 0,5kg et 1,5kg perdus par semaine"

Les adeptes du régime Dukan seront déçus. Pas besoin de passer au tout soja ou de dévaliser les rayons de surimi, le programme alimentaire made in Biody Balance serre la ceinture en douceur. « Les kilos, on ne les a pas pris en semaine, ils ne partiront pas en une semaine. On est dans la prise en charge de soi et l’acquisition de bonnes habitudes alimentaires. » En suivant les menus proposés et les séances d’activité physique, la start-up estime ainsi qu’un utilisateur pourra perdre entre 500 grammes à 1,5kg par semaine.

Le hic, comme souvent avec le quantified self, c’est qu'on est tout seul à se mesurer dans son coin. Pour parer à cela, la start-up inclut dans son unique offre, un abonnement mensuel à 39€, une hotline avec des diététiciens. Si cette précaution a le mérite d'exister, la cible du pistolet à calories reste d'abord et avant tout l'adepte de l'automesure. « Effectivement, on s’adresse aux gens connectés au départ, qui ont envie de s’occuper d’eux, Les objets connectés impliquent de savoir se débrouiller seul », explique Laura Zuili. Ce qui n’empêche pas l’entreprise de conseiller, par ailleurs, à ses utilisateurs de présenter le programme à leur médecin généraliste. Comme quoi il y  a encore des limites au coaching auto-administré.

Romain Gouloumès