Avec son trèfle bleu, blanc et rouge, FDJ tient une place à part dans le cœur des Français. Mais derrière des jeux emblématiques tel que LOTO, FDJ œuvre en faveur de l’intérêt général par sa politique de redistribution et d’engagement sociétal. Tour d’horizon d’une entreprise citoyenne avec sa Présidente-Directrice Générale, Stéphane Pallez, qui vient de donner un nouveau cap à sa fondation.

Selon vous, pourquoi une entreprise doit-elle s’impliquer dans des problématiques sociétales ?

Personne ne croit plus, à juste titre, que l’entreprise se résume à un simple agent économique. Elle est un acteur de la société, ses consommateurs et ses salariés sont des citoyens. Elle est directement concernée par les actualités sociales, environnementales, économiques ou politiques. Ce constat conduit à l’action et débouche sur un besoin de valeurs, d’engagement et de redistribution.
FDJ est concernée au premier chef par cette responsabilité sociétale des entreprises : entreprise du quotidien des Français, elle est l’héritière de la Loterie Nationale crée en 1933 pour venir en aide aux blessés de la Première Guerre Mondiale. Près de 22% des mises récoltées sont ainsi redistribuées à la collectivité et servent l’intérêt général.

De quelle manière cet engagement RSE se traduit-il chez FDJ ? Quels sont vos chantiers prioritaires ?

Tout d’abord, notre action en matière de jeu responsable est partie intégrante de notre mission et donc de nos priorités. C’est un engagement clé sur lequel nous ne pouvons pas transiger. De même, nous continuons à nous mobiliser sur les sujets du handicap et du sport pour tous qui sont des engagements historiques de FDJ.  Sur l’égalité homme-femme, nous avons engagé, à mon initiative et après consultation de nombreux acteurs, un programme d’actions sur le sport au féminin pour en faire un levier et faire progresser l’égalité et la mixité dans ce domaine. Enfin, nous avons conduit une réflexion de fond sur notre fondation qui a abouti à la recentrer sur un nouvel objet : l’égalité des chances par le jeu.

>>> A lire aussi : Réseau Etincelle : offrir une seconde chance aux non diplômés

Pourquoi avoir donné une nouvelle orientation à votre fondation d’entreprise ?

Le paradoxe aujourd’hui c’est une société toujours plus riche d’opportunités, offertes par exemple par le numérique et en même temps la persistance de fortes inégalités sociales. Alors que le mandat de la Fondation d’entreprise FDJ touchait à sa fin, nous avons décidé de nous engager en faveur de l’égalité des chances, pour une société plus inclusive. Avec le jeu comme moyen de révéler les talents de chacun. C’est un point de vue qui s’inscrit dans notre histoire, et que nous partageons avec les associations que nous accompagnons désormais.

Les actions sport précédemment soutenues dans le cadre de la fondation vont-elles disparaître ?

Depuis 1993, la Fondation d’entreprise FDJ a soutenu des actions solidaires autour du sport et de ses valeurs : intégrité, esprit d’équipe et solidarité. Son programme Challenge a accompagné plus de 400 sportifs valides et handisport, qui ont remporté plus de 150 médailles aux Jeux Olympiques et Paralympiques. Pour favoriser l’accès du sport à tous et particulièrement aux personnes en situation de handicap, elle a également soutenu plus de 800 associations et financé plus de 1600 licences sportives. C’est un bilan unique dont nous sommes très fiers, et il n’est pas question d’abandonner notre action dans ce domaine qui sera désormais pilotée au sein de l’entité Sport de FDJ.

>>> A lire aussi : Poisson Fécond : « Apprendre en s’amusant »

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production pour Fondation d'entreprise FDJ