BIEN ETRE - Huile, gel douche, déodorant... L’Aloé Vera, s'utilise dans tous les produits de beauté. A Fuerteventura, on l’achète aux cultivateurs pour la transformer ensuite en cosmétiques naturels.

«La plus grande production d’aloé vera d’Europe se trouve aux Canaries», annonce d’emblée Louisa Gill, responsable du musée Aloe Vera Fresca de La Oliva, à Fuerteventura. Sur cette dernière, il existe cinq plantations dont la plus grande se trouve à Antigua, au cœur de l’île.

Avec ses terres volcaniques, riches en minéraux, Fuerteventura est l’un des endroits les plus propices pour que cette plante, qui n'a besoin que de très peu d'eau, se reproduise. «Nous n’utilisons que les quatre ou cinq feuilles externes de la plante, celles-ci se régénèrent tous les trois ans», explique Louisa Gill. Mais attention, on les cueille «cinq ans après la plantation quand la fleur a poussé, car cela prouve qu’elle est mature et complète».

Un produit «miracle»

Les vertus de l’Aloé vera se trouvent dans le gel qui compose les feuilles. «Il contient plus de 200 substances comme des vitamines, des acides aminés, des enzymes ou encore des sels minéraux», détaille la responsable. Mais c’est pour son ingrédient cicatrisant, l’acemannan, que certains habitants de Fuerteventura l’appliquent directement sur leur peau, une fois la feuille ouverte.

«Il peut également se manger pour améliorer les défenses immunitaires, le transit, mais pour hydrater sa peau ou la nourrir, il faut l’utiliser en gel», note Louisa Gill. Il est également conseillé en cas d’ulcère à l’estomac, de troubles digestifs et même après une opération chirurgicale.

Conservateurs et mélanges naturels

«Par contre, il ne faut par le mélanger avec du parfum ou du paraben, car il pénètre très vite dans la peau», avertit Louisa Gill. A l’Aloe Vera Fresca, ce gel transparent est ensuite mixé avec des antioxydants naturels: vitamines C, E et sodium de potassium. Ils permettent de le conserver six mois. Sans ce procédé «il s’oxyde au bout de 23 jours», ajoute la spécialiste.

Une fois refroidi à 5°C et pressé pour enlever les fibres, le gel va être épaissi car «il est trop liquide pour être pratique». L’entreprise le mélange également à des huiles naturelles à base de rose musquée par exemple. Elles possèdent des propriétés différentes et viennent compléter les vertus de la plante. On peut ainsi ramener du savon d’Aloé vera au lait de chèvre ou au sable volcanique. Des souvenirs composés de ressources locales qui ne risquent pas de prendre la poussière sur une étagère!

Colette Dupuis

>>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier "20 Minutes à la découverte de Fuerteventura"