Sur toute la côte, les événements musicaux s’enchaînent jusqu’à la rentrée. Revue des programmations les plus alléchantes.

Le Worldwide festival à Sète

Pour sa dixième édition, le festival continuera de mixer l’atmosphère portuaire de la ville et la musique électro, du 6 au 12 juillet. Le sensible anglais James Blake fait partie des lives les plus attendus. L’autre perle de cette année, le DJ Laurent Garnier, se produira sur le môle Saint-Louis, au bord de la mer.

«Nous aurons aussi des artistes d’univers différents comme Laetitia Sadier et la rappeuse Kate Tempest», souligne Franck Alfier, l’un des directeurs du festival. En une décennie, le Worlwide a assis sa réputation. «Nous avons deux générations de festivaliers : les clubbers d’une quarantaine d’années et les jeunes qui apportent toujours leur dynamisme», conclut Franck Alfier. Les pass vont de 20 à 129 euros.

Le Nice Jazz festival

Le festival réunira du 7 au 12 juillet aussi bien des légendes du jazz que des pointures de la scène funk, disco, ainsi que des artistes émergents. «Jamie Cullum, le parrain de cette édition 2015 et impliqué dans le patrimoine du jazz, a su apporter sa touche personnelle à la programmation», explique Frédérica Randrianome Karsenty, la directrice du festival.

Avec des pass de 20 à 135 euros, on retrouve à l’affiche Charles Lloyd et Kenny Barron mais aussi l’ex-membre des Fugees, Lauryn Hill. Les festivaliers pourront aussi vibrer avec le ténébreux Benjamin Clémentine et l’androgyne Asaf Avidan. Les deux scènes se trouvent toutes les deux au pied de la promenade des Anglais. Ambiance French Riviera garantie.

Le Positiv festival à Marseille

Deux têtes d’affiche seront cette année dans la cité phocéenne les 21 et 22 août: le monstre de la techno Paul Kalkbrenner et le chouchou de l’électro Fakear. En tout, 30 artistes seront répartis sur quatre scènes thématiques. TheSoundYouNeed et Embrace pour l’électro, Yard pour le rap et le hip-hop avec notamment Nekfeu, et une scène techno avec Matt Sassari & friends.

«Nous accueillons aussi de petits collectifs parisiens comme Point Point ou Mura Masa ainsi que Mozambo qui vient de la région marseillaise», raconte Juliette Fouasse, l’une des organisatrices. Les places coûtent entre 32 et 57 euros. Et le tout aura lieu en plein air, au mythique Docks des Suds, un bâtiment portuaire de 8.000 m2 qui servait auparavant au stockage d’épices.