FOCUS - Les 4 et 5 juillet prochains, La Nuit de l’Erdre accueillera de grands noms de la scène comme -M-, Cats on Trees ou The Hives. Quels sont donc les secrets de la réussite de ce petit festival devenu grand?

Tout a commencé le 14 juillet 1998. Un concert du groupe nantais Tri Yann avait été organisé ce jour-là pour les 50 ans du Comité des fêtes de Nort-sur-Erdre. «Nous sommes tombés amoureux du concept du concert en plein air. On n’y connaissait absolument rien, mais nous avons voulu continuer. On a fait un petit plateau jusqu’en 2005, année où je suis devenu président», explique Marc Jolys. Dès lors, La Nuit de L’Erdre a revu ses ambitions à la hausse. Hormis les moyens humains, elle s’est aussi donnée les moyens musicaux pour compter dans le paysage des concerts de plein air estivaux.

«On programmait ce qu’on voulait entendre. Mais pour assurer le remplissage et l’équilibre du festival, il nous manquait cette fibre musicale… On fait des très bonnes frites, mais les gens viennent pour l’affiche!», poursuit le président. C’est ainsi que le programmateur Olivier Tenailleau a rejoint l’équipe.

Des concerts éclectiques

«Au départ, le festival était très variétés, on a voulu l’amener vers des musiques actuelles. Il y a une vraie attente des gens de la région. L’idée, c’est de prendre la position de leader sur la Loire Atlantique», raconte le programmateur qui s’occupe aussi de L’Amor à Sons de Bobital et du Festival de Poupet. Son expertise a notamment permis de faire venir Macklemore lors de l’édition 2013, ce qui leur a valu une fréquentation record de 23.000 personnes sur les deux jours.

Pour 2014 ce seront -M-, Hollysiz, IAM, Fauve, Bakermat, The Hives ou encore Jabberwocky qui feront vibrer les festivaliers au parc du Port-Mulon le premier weekend de juillet. «34€ la soirée pour voir autant d’artistes, ça vaut le coup!», fait remarquer Julie qui s’y rendra le samedi pour profiter des prestations de «Cats On Trees et Cris Cab.» Ce bas prix est aussi une des recettes du succès de La Nuit de l’Erdre. Une attention particulière est portée au budget pour attirer une clientèle «familiale, qui peut aussi se payer une galette saucisse à 2,40€!», informe Marc Jolys.

Un festival populaire

Selon une étude réalisée en 2013 par Nielsen et CGA Strategy en collaboration avec Digitick et Halloween Agency, 58% des festivaliers se rendent en festival en groupe de quatre ou plus. C’est le cas de Julie Marzelière, 19 ans, étudiante en commerce à Nantes: «Depuis 3 ans, je vais à La Nuit de l’Erdre avec un groupe de huit amis. C’est très convivial, on parle souvent aux gens dans la foule.» Et c’est bien grâce à cette jovialité que l’aventure continue.

Marion Buiatti

>>> Retrouvez l'ensemble de notre dossier sur les festivals