INTERVIEW – C’est sans doute l’un des mariages musicaux les plus réussis qui soient. Issus de formations différentes, les trois membres de Husbands partent en voyage de noces à travers une tournée et la sortie de leur premier album le 9 mars prochain.

Deux ans après la sortie des entêtants Dream et Overseas, le trio marseillais s’apprête à s’envoler. Premier groupe signé sur le label du festival éponyme Sounds Like Yeah!, dont l’un des programmateurs n’est autre que Laurent Garnier, Husbands possède un son aux multiples facettes qu’il va pouvoir partager cette année sur scène.

Mathieu Hocine vient de Kid Francescoli, Mathieu Poulain de Oh! Tiger Mountain et Simon Henner de Nasser. Comment êtes-vous venus à travailler ensemble?

Mathieu H.: On avait déjà l’habitude de bosser dans le studio de Simon pour nos projets respectifs. On discutait beaucoup, Simon nous a fait écouter des chansons, ça nous a plus et on s’est lancés ensemble.

Mathieu P.: Ça commence même à faire un certain temps qu’on se connaît, au moins quatre ou cinq ans!

A quoi fait référence Husbands, le nom de votre formation?

Mathieu H.: Nous cherchions une référence dans le cinéma que nous affectionnons beaucoup. On a pensé au film de Cassavetes et son esthétique, c’était à la fois assez simple et classe.

Simon: On a fait tilt direct, ça nous a sauté aux yeux.

Mathieu P.: L’élan du film avec ces trois hommes différents insuffle une vraie dynamique qui nous a beaucoup plu.

Comment qualifierez-vous le style de votre musique?

Mathieu P.: C’est un peu fourre-tout! Il y a des solos funk, des chœurs, des refrains pop… Nous ne cherchons pas forcément à faire quelque chose de pointu. Ça se fait comme ça, c’est comme le choix de la langue: naturel. Mais l'on pourrait aussi chanter en allemand, en espagnol, en italien ou en arabe!

Simon: Quand on travaille, on ne s’interdit pas de faire quelque chose parce que c’est facile. Et nos influences vont des Beatles à Bob Marley, en passant par les Daft Punk.

De quelle manière travaillez-vous?

Mathieu H.: On part des bases de Simon et après ça part dans tous les sens! Ça dépend aussi de qui passe dans le studio, sachant qu’on touche tous un peu à tout. On a plus tendance à tout mettre d’un coup et d’enlever ensuite au fur et à mesure.

Le festival Chorus à Nanterre et le Printemps de Bourges sont des scènes importantes. Vous êtes plutôt studio ou live?

Mathieu H.: L’odeur des salles de concert, la route, le public, c’est cool. On essaie toujours de faire le meilleur concert possible.

Mathieu. P.: C’est notre première tournée, personne ne nous a encore vus donc on doit faire nos preuves!

En concert le 2 avril sur la place Carrée du Forum des Halles à Paris, le 12 mars à Lille, le 24 mars à la Maroquinerie, le 31 mars au Festival Chorus, le 24 avril au Printemps de Bourges et le 7 juin au Festival Yeah.