«Bonsoir, nous avons la hargne». C’est aussi comme ça que le jeune groupe aurait pu commencer son tire Bonsoir issu de leur 2ème EP, Musique de club, sorti en septembre dernier. Bagarre n’est pas violence, mais frappe fort avec ce dernier opus. Les textes claquent, le flux ne s’arrête jamais et les sons redoublent d’efficacité pour prendre en otage toutes les parties de notre corps.

Les cinq membres du groupe forment un ensemble idéal pour ceux qui cherchent un exutoire musical de qualité. Master Clap, La Bête, Mus, Loup et Emmaï Dee mélangent la techno, le disco, la house et le hip-hop. Bagarre remue et ça tombe bien, c’est bien là l’objectif. Passage en revue de leurs signes distinctifs.

Actu: Sortie du 2e EP et concerts

La Bête: On souffle un peu après avoir travaillé sur la sortie de notre EP d’avril à juin puis sur son adaptation en live jusqu’à la release party de début octobre.

Loup: On a eu trois étapes. On a commencé par réfléchir à nos morceaux sur scène, les peaufiner en studio et les réajuster ensuite pour les live.

Scène et/ou studio

La Bête: La scène est l’ADN de Bagarre. C’est un moment de fête à part. Chaque concert est différent.

Loup: C’est là où Bagarre existe le plus, l’endroit où on est le plus nous même, là où on a la hargne. Notre désir est d’interagir avec le public, qu’il se grise. Quand on voit qu’il est chaud, on en remet une couche. C’est ce qui nous plaît le plus.

Genre: musique de club

La Bête: Nous avons inventé ce terme, car on attache de l’importance au club, peu importe qu’il soit de jazz, de funk, de techno. Ils ont tous quelque chose d’identique: de la musique partagée pendant un moment d’intensité. Ça peut être simple en termes de création mais qui raconte quelque chose pour les autres. On s’inspire beaucoup d’Internet, du virtuel, l’idée est d’avoir de tout.

Loup: C’est un endroit de liberté où on peut se décharger. On aime ce qui est populaire, ce qui a la hargne. Il faut que ça parle aux gens.

Master Clap: On a des influences très variées mais on se regroupe tous sur les sons «club».

Influences

La Bête: Tout! Ça va des sound system jamaïcains au punk, en passant par le rock, la house, le rap français et la techno.

Loup: Il faut que ça célèbre la vie à tout prix.

La rencontre

Master Clap: On s’est trouvés au fur et à mesure, en soirées et par le biais d’amis.

Loup: Le groupe s’est formé progressivement car on a mis du temps à se lancer.

Les débuts

Master Clap: On a commencé dans les petites salles parisiennes et les bars, beaucoup de bars…

La création

Loup: Ca part d’une atmosphère ou d’une idée. Celui qui chante est toujours celui qui écrit son texte

La Bête: Et on doit se convaincre les uns les autres. Ca permet d’améliorer la chanson et que tout le monde comprenne bien le texte.

Les projets

La Bête: On pense à l’album qui est, à la fois, un rêve d’enfant pour nous et un format de référence dans le milieu même si on a le plus l’habitude d’écouter des playlists et de la musique sur Spotify et Internet. Mais on va d’abord continuer à sortir des titres, à les laisser vivre et on pensera à l’album pour la rentrée 2017.

En concert le 5 novembre à Joué les Tours, le 6 novembre à Gennevilliers, le 10 novembre aux Beautés Soniques à Namur et le 29 janvier à la Bellevilloise à Paris.