Le rendez-vous annuel de l’Assemblée générale de la Maif (partenaire de cette rubrique) se tient ces jeudi et vendredi, et cette année, c’est au Palais des congrès de Bordeaux que sont attendus «750 délégués élus», selon son président Dominique Mahé. «Le thème de cette année, précise-t-il, est celui de l’engagement, notamment sur des enjeux sociétaux».

La mutuelle, portée par une volonté d’accompagner l’économie collaborative, est devenue «l’assureur de référence» dans ce domaine, avance son directeur général Pascal Demurger. C’est d’ailleurs aussi à Bordeaux que débutera dans quelques jours la nouvelle édition de l’opération «Sans ma voiture», lancée par la Maif et la plate-forme de location de voitures entre particuliers Koolicar.

Les transports en commun gratuits

Le principe: comme précédemment à Grenoble, Niort, Dijon ou, déjà, Bordeaux en 2015, les Bordelais volontaires sont invités à remettre les clés de leur véhicule et à s’en passer du 31 mai au 30 juin, en optant pour les transports en commun, le vélo, ou des solutions alternatives comme l’autopartage.

En échange, la Maif prendra en charge pendant la durée du défi la cotisation d’assurance des participants. Ceux-ci bénéficieront aussi de la gratuité dans les transports en commun de la métropole girondine, de réductions sur l’autopartage et de coaching sur le vélo.

1 voiture sur 2 revendue

Les nouveautés pour cette édition: des garanties en plus, et surtout celle «d’arriver à bon port», explique Pascal Demurger. «Si vous réservez un autopartage et qu’un problème vous empêche de réaliser votre trajet, la Maif prendra en charge votre déplacement avec une solution adaptée». Quitte à vous rembourser le taxi. «Et si vous êtes empêché d’aller à un concert pour lequel vous aviez réservé un billet, poursuit le directeur général de la Maif, celui-ci vous sera remboursé au moins partiellement.»

Lors des précédentes éditions, «la moitié des gens ont revendu leur voiture à la fin», signale Pascal Demurger. Ce qui fait donc autant de contrats en moins pour le quatrième assureur du parc automobile français. «C’est vrai, sourit le directeur général. Mais cette évolution vers de nouvelles formes de mobilité, moins axées sur la propriété et davantage sur l’usage, aura lieu de toute façon. Je préfère que la Maif l’accompagne plutôt que d’en rester spectatrice ou victime.»

Une nouvelle enveloppe d’investissements

En outre, l’assureur orientera les participants vers Zaleo, une application qui élabore des itinéraires basés sur les transports alternatifs. Si Zaleo a été développée en interne, la Maif a par ailleurs investi en deux ans 125 millions d’euros dans une trentaine de start-ups, dont une large partie impliquées dans l’économie collaborative. Et cela va continuer, et même «monter en puissance», indique Pascal Demurger, puisque «la décision d’attribuer une enveloppe pour contribuer au développement de ces start-ups et pour investir dans de nouvelles a été actée». Reste à savoir son montant, qui sera tranché en juin.

A Bordeaux, Yescapa, qui va fêter ses cinq ans, fait partie des trois entreprises locales propulsées ces deux dernières années par la Maif. Benoît Panel est le co-fondateur et président de cette plate-forme de location de camping-cars entre particuliers, désormais leader de ce marché en France.

© Yescapa

«Les 3 millions d’euros investis par la Maif nous ont permis de passer de 22 à 35 salariés, de consolider notre activité en France et en Espagne, et de nous lancer en Allemagne et au Royaume-Uni», raconte-t-il. Et tout le monde s’y retrouve, puisque «au-delà de notre engagement, explique Pascal Demurger, l’économie collaborative est pour nous un relais d’activité.» C’est-à-dire un marché sur lequel la mutuelle a su se positionner. En effet, «chez Yescapa, la Maif est un investisseur mais aussi notre assureur», décrit Benoît Panel.